Le col du Belvédère, dans le massif des Aiguilles Rouges, porte bien son nom, grâce à la vue splendide qu’il offre sur le mont Blanc  et ses satellites.  Une très belle course de ski de rando, qui peut représenter une initiation à cette discipline, avec un guide.

“La sortie au col du Belvédère s’adresse à des gens qui savent bien skier en piste, mais qui peuvent être randonneurs débutants : ce n’est pas trop long et il n’y a pas de conversion délicate à faire. L’intérêt majeur de cette course, c’est le panorama qu’on découvre depuis le lac Blanc, et le col du Belvédère. Mais attention, comme on est plein sud, au soleil, il faut partir tôt”, détaille Jean-François Collignon, directeur de la compagnie des guides de Chamonix.
Le départ se fait donc par les premières bennes du téléphérique de la Flégère, au Praz-de-Chamonix. Vous empruntez ensuite le télésiège de l’Index, puis le téléski de Floria, qui vous monte à près de 2 500 mètres d’altitude. De là, vous faites une traversée descendante vers le cirque rocheux en face de vous, et vous passez derrière l’éperon. “Faites bien attention dans cette traversée, si elle est en neige dure : c’est un peu raide et il ne faut pas tomber”, précise Jean-François Collignon.
Avancez encore d’une centaine de mètres, jusqu’à un replat, pour pouvoir mettre tranquillement les peaux de phoque sous vos skis.  À l’aide des peaux, remontez à flanc en direction du lac Blanc, très réputé pour la belle vue qu’on découvre sur le massif du Mont-Blanc, notamment la Verte et les Drus.

Deux mondes géologiques
Depuis le lac Blanc, vous voyez le col du Belvédère, bien marqué, au-dessus de vous. Il ne vous reste qu’à remonter sereinement la combe qui y mène, jamais raide. Au col du Belvédère (2 780 m), atteint en deux heures de montée environ, vous en prenez réellement plein la vue. D’un côté, l’aiguille Verte, l’aiguille du  Tour, le Chardonnet, le mont Blanc, la mer de Glace, la face nord des Grandes Jorasses… De l’autre, le massif  calcaire des aiguilles Rouges, avec notamment le Buet et l’aiguille de Belvédère et, plus loin, la chaîne des Fiz. Contraste fascinant entre ces deux mondes géologiques : la haute montage granitique et la moyenne montagne calcaire.
Pour la descente, suivez vos traces jusqu’au lac Blanc, puis continuez en tirant toujours légèrement à droite, par des pentes vallonnées, jusqu’au télésiège de la Trappe. “Cette portion nécessite une bonne visibilité, et de bonnes conditions de neige. Il ne faut pas aller tout droit sous le lac Blanc, car il y a des barres rocheuses.  Et les différentes orientations de pente peuvent recéler des plaques à vent”, prévient Jean-François Collignon.
Ensuite, suivant l’enneigement, soit vous redescendez par le téléphérique de la Flégère, soit par le couloir classique qui mène au bas de téléphérique. Bilan : 1 700 mètres de descente, pour 300 mètres de montée. Pas mal, pour une première approche du ski de rando !
Jeanne Palay

Compagnie des guides de Chamonix : 04 50 53 00 88.
Tarif de la sortie avec un guide : 310 €, pour un maximum de 6 personnes.
Matériel : peaux de phoque, Arva, pelle, sonde. Pas besoin du matériel d’alpinisme (baudrier, corde, crampons), car on n’est pas dans une zone glaciaire.

 

- Advertisement -