Le Rocher Blanc, c’est l’une des plus jolies courses de ski de randonnée des environs de Grenoble. Cette grande balade peu difficile garde son joker pour la fin : un superbe panorama à 2 928 mètres d’altitude. Voyage au long cours dans le massif de Belledonne.

Bien sûr, il y a quand même 1 800 mètres de dénivelé à avaler pour profiter de ce magnifique belvédère que représente le Rocher Blanc. Mais la montée se fait tout en douceur, sans passage difficile pour couper les jambes et le souffle. En prenant son temps et en partant tôt, cette randonnée est donc à la portée de toute personne en bonne forme physique. Pas besoin d’avoir fait la Pierra Menta le week-end précédent !
En voiture, vous passez à Allevard, puis vous remontez le vallon qui mène au Pleynet. Avant d’arriver au Fond de France, vous bifurquez à gauche vers un hameau appelé La Martinette. Vous vous garez là, à 1 074 mètres d’altitude, et skis aux pieds vous empruntez le sentier de la Combe Madame. Ce sentier serpente en forêt, en rive droite du ruisseau de la Combe Madame. Dans ce passage – qui n’est pas le plus agréable de la course -, il est parfois préférable de marcher avec les skis sur le dos suivant l’enneigement. Au bout d’une heure environ, vous sortez de la forê , la pente s’adoucit, l’horizon s’élargit et vous découvrez l’harmonie de la large combe que vous devez remonter.
Un vallon s’ouvre sur la droite, menant au col du Mouchillon, un autre à gauche, appelé La Plagne Vaumard. Vous, vous, continuez toujours dans le fond de la combe, presque sans avoir besoin de faire de conversions. Puis vous arrivez à un ressaut un peu plus pentu, que vous passez par la rive droite. Juste après, c’est le refuge de la Combe Madame (1 784 m, non gardé l’hiver), où il est de tradition de faire une pause casse-croûte pour repartir d’un bon ski.

Des reliefs arrondis comme la plénitude
Après le refuge, une portion assez plate, puis un raidillon étroit vous attendent. Quelques conversions dans ce petit couloir bordé de rochers et vous voilà à nouveau sur un terrain paisible. Vous découvrez alors droit devant vous le col de la Croix, qui peut représenter un autre objectif de balade, plus court, pour ceux qui commencent à fatiguer.
Pour le Rocher Blanc, tournez vers la droite, en direction du glacier de la Combe Madame. De là, vous distinguez très bien la vaste pente peu inclinée qui mène au sommet. Il reste pourtant encore un bon bout de chemin, à tracer entre des reliefs aux formes arrondies évoquant la plénitude. Ce passage, parmi les plus enchanteurs de la course, mène au glacier de la Combe Madame. Il ne reste plus qu’à remonter sans difficulté ce glacier non crevassé jusqu’au sommet, avec un mouvement tournant vers la droite.
À 2 928 mètres, le sommet réserve une vue grandiose sur le massif de Belledonne, mais aussi sur la Grande Casse, la Meije, la barre des Écrins, le pic de l’Étendard, le Vercors, la Chartreuse…
Si vous vous penchez vers le nord, vous découvrez un versant plus raide du Rocher Blanc, qui peut aussi être parcouru en ski de rando, version adrénaline.
Pour redescendre, vous empruntez le même itinéraire qu’à la montée. La neige reste souvent poudreuse dans une bonne partie de l’itinéraire, orienté nord-ouest et nord-est. Donc à vous les belles traces dans une pente qui autorise les erreurs. La montée a duré cinq à six heures, ce qui permet de ne pas rester sur sa faim à la descente, comme c’est parfois le cas en ski de rando. Au Rocher Blanc, la descente se savoure lentement, comme le bonheur !
Jeanne Palay

 
Note : Cet itinéraire se déroule sur des pentes non sécurisées, loin des pistes. Si vous n’êtes pas familiarisé avec la montagne hivernale et ses dangers, il est préférable de vous faire accompagner d’un guide pour skier au Rocher Blanc.
Bureau infos montagnes à Grenoble : 04 76 42 45 90.