Bien connues des amateurs de ski freeride, les pentes qui plongent sur le hameau classé du Monal, au-dessus de la station de Sainte-Foy-Tarentaise en Savoie, constituent un terrain de jeu idéal pour cette randonnée en raquettes un peu particulière, car entièrement en descente.

Un véritable paysage de carte postale. Difficile de qualifier autrement le panorama visible depuis le sommet des pistes de Sainte-Foy-Tarentaise, point de départ du tour de la  Pierre d’Arbine, proposé par l’accompagnateur Bruno Davy. « On a une vue sur le versant italien du massif du Mont-Blanc, le mont Pourri, la Grande Casse ou encore les deux langues suspendues du glacier des Balmes, situées au fond d’un cirque sauvage », détaille Bruno. Sans oublier, juste au-dessus de vos têtes, la Pierre d’Arbine, cette pyramide rocheuse dont le sommet est situé à 2649 mètres d’altitude.

Après avoir rempli la carte mémoire de votre appareil photo numérique, il est temps de chausser les raquettes, puisque près de quatre heures trente de marche effective vous attendent. « Il n’y a pas de difficultés techniques particulières, mais cette balade demande une bonne condition physique », précise l’accompagnateur.
La première partie de cet itinéraire louvoie dans d’immenses alpages, avec une succession de plateaux et de petits murs. « C’est le terrain idéal pour s’initier à la technique du pas glissé, qui procure des sensations proches du ski », explique Bruno Davy.

Dans la zone de combat
La seconde partie –après avoir passé le hameau du Monal – s’effectue dans la forêt, sur un chemin en pente douce damé par le passage des skieurs. Au-delà de son intérêt sportif, cette balade vaut le détour du fait de la variété des paysages qu’elle permet d’admirer, de l’étage alpin (immenses alpages) à l’étage montagnard (forêt mixte de feuillus et de conifères), via la « zone de combat » (l’altitude à partir de laquelle les arbres survivent difficilement).
Autre atout majeur de l’itinéraire : la visite du Monal et de ses maisons typiques des hameaux de Haute-Tarentaise, avec l’étable située au rez-de-chaussée, les pièces où l’on vit se trouvant au premier étage, alors que le dernier étage sert à stocker le foin. N’hésitez pas à demander à Bruno Davy de vous en dire plus sur l’histoire du Monal. Il connaît de nombreuses anecdotes savoureuses sur ce hameau. Mais, chut ! C’est une surprise…

Martin Léger

Pratique : 27 € par personne, matériel non fourni (prévoir en plus 10 € pour le forfait remontées mécaniques piétons). Renseignements et réservations au 06 72 91 44 98.

 

- Advertisement -