La Tarentaise, réputée pour ses vastes domaines skiables, recèle pourtant de petits vallons secrets et préservés, comme celui de Varlossière, au départ de Saint-Martin-de-Belleville. Un sentier vient d’y être tracé, pour donner accès à une belle randonnée à la journée, ponctuée de rencontres avec des chamois.

“À l’automne dernier, nous avons aménagé un chemin pour faire découvrir le vallon de Varlossière, assez encaissé et très sauvage. On y voit beaucoup de chamois, parfois des bouquetins, mais aucune remontée mécanique ni la moindre ligne électrique. C’était jadis un vallon très exploité pour faire paître les troupeaux et il reste émaillé de chalets d’alpages traditionnels. On y rencontre encore des moutons de la transhumance, du sud de la France. Ce sentier représente le début d’un itinéraire plus long, le tour de la Tarentaise, qui devrait être achevé dans un an ou deux”, détaille Gaby Jay, du bureau des guides des Menuires.
Cette randonnée, qui fleure bon la vie d’antan et la nature préservée de la folie d’aménagement des hommes, commence à Saint-Martin-de-Belleville. En voiture, remontez tout d’abord la vallée des Encombres par une piste carrossable, jusqu’au pont de Varlossière (1 719 m), où vous vous garez. Là, vous quittez la vallée principale pour vous diriger vers la droite, plein ouest, dans le vallon de Varlossière. Le sentier monte en pente douce dans ces splendides pelouses d’alpage et passe à proximité du chalet de Varlossière (1 920 m). Cet ancien chalet d’alpage a été transformé en refuge non gardé, où l’on peut s’abriter et même dormir (matelas et eau à proximité).

Chalets et troupeaux
Vous continuez ensuite à remonter ce long vallon empreint de sérénité sur un chemin qui a été tracé de façon très régulière, en évitant tout raidillon. Si vous croisez des troupeaux, évitez d’approcher des chiens de garde, qui peuvent parfois se montrer agressifs. Vous passez près de ruines de chalets d’alpages, puis au pied des aiguilles de la Grande Mœndaz (2 696 m). Tout au bout du vallon, vous débouchez au col du Châtelard, marqué une croix, d’où vous découvrez une belle vue sur la Maurienne mais aussi sur l’Oisans (la Meije, le Râteau), le massif de la Grande Lauzière et celui des Grandes Rousses.
De là, le sentier bifurque à droite et poursuit jusqu’au col du Bonnet du Prêtre (2 461 m), but de la randonnée. Ce col offre une vue plongeante sur la vallée de la Maurienne et peut permettre de rejoindre Saint-Jean-de-Belleville. Pour retrouver votre point de départ, empruntez le même itinéraire qu’à la montée. Vous revenez alors au pont de Varlossière après une superbe randonnée de cinq à six heures.
Jeanne Palay
Bureau des guides et des accompagnateurs des Menuires : 04 79 01 04 15.
Tarif d’un accompagnateur : 180 € pour 6 personnes.

- Advertisement -