Préambule, jeune maison d’édition de Chamonix, créée par Jessica Compois, a publié un guide qui invite à la découverte du patrimoine bâti de la vallée de Chamonix, Flâneries au pied du mont Blanc. L’éditrice nous propose de découvrir l’une des vingt promenades choisies par les deux auteurs de l’ouvrage, la route des Pècles, hameau de Chamonix, jalonnés d’anciennes fermes, villas et chalets typiques.

À proximité du centre de Chamonix, la route des Pècles dessert, dès 1900, l’un des premiers quartiers aménagés à l’extérieur de la ville. Dans ce hameau ensoleillé, facile d’accès, on retrouve toute la diversité de l’architecture chamoniarde. Ainsi, flâner dans le quartier des Pècles, c’est attiser une certaine curiosité pour le bâti de la haute vallée de l’Arve.

La villa Péclet
La villa Péclet

De part et d’autre de cette petite route, les surprises architecturales se succèdent. Une façade rythmée de pilastres et coiffée d’un fronton triangulaire. Un porche composé de colonnes aux chapiteaux composites et de balustrades dans un style néo-palladien affirmé. Qui a bien pu commanditer la construction, dans ce vaste parc, d’une villa si opulente, unique à Chamonix ?
Avec leurs larges murs de pierre surmontés d’une vaste grange en bois, les fermes traditionnelles jalonnant la route ont conservé leur structure originelle. Entourées de prés et de champs, elles abritaient, dès le XVIIIe siècle, hommes et troupeaux, tout un mode de vie aujourd’hui disparu. Plus loin encore, cette villa aux formes asymétriques caractéristiques de l’art Nouveau évoque davantage le style anglo-normand de Deauville ou de Biarritz que les constructions dites « authentiques » de Chamonix. On imagine aisément les réceptions organisées dans le parc ombragé…
La mésange s’ébroue maintenant dans le bassin de la source des Crétets, hésite entre emprunter le chemin du Vieux Guide, montant vers le quartier des Moussoux, et poursuivre vers Chamonix. Nous poursuivons en fond de vallée.
Une haie arborée dissimule bow-window et ferronneries d’une charmante villa. Face à cette élégance affichée, un immeuble construit dans les années 1970 assoit ses formes massives face à la chaîne du mont Blanc. Les murmures de la ville se rapprochent. La mésange nous laisse, songeurs, et s’envole vers les bois des Gaillands. 

La villa Rosemont
La villa Rosemont

 

En flânant le long de cette route, allons à la rencontre de l’histoire de l’architecture de la vallée de Chamonix. Des fermes anciennes aux résidences des années 1970 en passant par les constructions les plus originales, de la moulure au fer forgé et de la pierre de taille au bois patiné par le temps, nos regards seront comblés !

Jessica Compois

A propos des deux auteurs de l’ouvrage :

Christine Boymond-Lasserre, guide interprète nationale, guide conférencière des pays et des villes d’art et d’histoire, connait tous les recoins de la vallée de Chamonix, dans laquelle elle habite depuis 1973.

Joëlle Paccalet-Dartiguepeyrou, vit dans la vallée de Chamonix depuis plus de 45 ans, elle a été lontemps la plume de la ville de Chamonix et du Sivom du pays du Mont-Blanc.

Flâneries au pied du mont Blanc, à la rencontre du patrimoine bâti, Christine Boymond-Lasserre et Joëlle Paccalet-Dartiguepeyrou, éditions Préambule, juin 2009, 24€. Dans toutes les librairies du Pays du Mont-Blanc.

 

- Advertisement -