Malgré la crise sanitaire et le ralentissement de l’activité économique, la Compagnie du Mont-Blanc poursuit son plan d’investissements. Ces trois prochaines années, l’opérateur va engager près de 100 M€ pour renouveler ou optimiser ses installations durant la belle saison. Ces chantiers ne gênent pas l’exploitation commerciale du Mont-Blanc Natural Resort qui voit cet été, le déploiement de la tarification dynamique sur plusieurs sites d’excursion phares. Avis aux chasseurs de bons plans !

L’été 2022 est plutôt prometteur pour le tourisme. “Une large majorité de Français ont déclaré qu’ils resteraient encore en France pour leurs vacances et nous observons le retour progressif des clientèles lointaines, c’est de bon augure”, confirme Antoine Burnet, directeur commercial et marketing de la Compagnie du Mont-Blanc qui exploite sous sa marque Mont-Blanc Natural Resort huit domaines d’altitude et sites d’excursions en Haute-Savoie. La montagne continue de surfer sur l’envie des vacanciers de s’oxygéner et de fuir les lieux trop fréquentés. Et en cas de canicule, la destination sera très recherchée.

Chantier sur la Mer de Glace ©Mithieux

Deux nouvelles télécabines

L’actualité estivale est très riche pour l’opérateur haut-savoyard. Une période où il faut mener de front accueil des clients et grands chantiers. Au printemps, la CMB a notamment lancé la construction de la nouvelle télécabine du Tour-Charamillon sur le domaine skiable de Balme (20,5M€). Elle sera mise en exploitation en décembre. En parallèle, coup d’envoi de la première phase des travaux de la nouvelle télécabine de la Mer de Glace. Ce téléporté (25M€) s’inscrit dans le cadre du programme de rénovation du site classé du Montenvers, en lien avec le réchauffement climatique. Son exploitation devrait démarrer en décembre 2023. L’ancienne télécabine sera alors démantelée, ainsi que les passerelles et marches permettant d’accéder à la grotte de glace actuelle. Une nouvelle grotte de glace sera alors proposée au pied de la nouvelle télécabine.

Marie, Jeanne, Anne et… Marguerite !

Saint-Gervais-Mont-Blanc focalise aussi l’effervescence des équipes de la Compagnie du Tramway du Mont-Blanc (TMB), filiale de la Compagnie du Mont-Blanc. Et pour cause, puisque la réhabilitation touristique du Tramway du Mont-Blanc, le chemin de fer le plus haut de France, propriété du Département de la Haute-Savoie, avance bien. Cette ligne ferroviaire de 12,5 kilomètres, relie Le Fayet au Nid d’Aigle, au pied de l’aiguille de Bionnassay. Cet été, le public va découvrir une gare de Saint-Gervais fraîchement rénovée. Par contre, il devra patienter jusqu’en décembre prochain pour voyager à bord des quatre nouvelles rames du TMB. Elles ont repris les noms de leurs aînées, Marie, Jeanne, Anne auxquelles s’ajoute une quatrième, Marguerite, prénoms des quatre filles de Pierre Noury, directeur d’exploitation du TMB dans les années 50. Les deux premières rames, composées d’une motrice et d’une voiture-pilote, ont été réceptionnées en grande pompe ce printemps, les deux autres le seront à l’automne prochain. L’heure est aux phases de tests pour les versions modernes de Marie et de Jeanne. Cet été 2022 est donc la dernière occasion d’effectuer un aller-retour dans l’une des trois rames datant de l’électrification en 1957 de cette ligne centenaire !

La motrice du TMB Marie, version 2022 ©TMB

Déploiement du dynamic pricing

Pour inciter les visiteurs à venir profiter de ses installations, la CMB dégaine à nouveau la tarification dynamique, testée avec succès l’hiver dernier sur le forfait de ski à la journée sur les domaines de Chamonix-Mont-Blanc. Les randonneurs vont pouvoir bénéficier de prix réduits sur le forfait de remontées mécaniques à la journée des domaines Brévent/Flégère, Balme et Les Grands Montets. “Nous testons aussi ce dispositif sur les trains du Montenvers et du TMB”. En ligne de mire, l’amélioration du remplissage des premiers créneaux horaires du matin, de plus en plus délaissés au profit de ceux en milieu de la matinée. Les bonnes affaires seront donc en priorité pour les lève-tôt ! L’exploitant espère aussi que ces départs matinaux à tarifs remisés déclenchent des séjours la veille à Saint-Gervais et à Chamonix. Malin…

Sophie Chanaron

Chantier sur la Mer de Glace ©Mithieux

Un autre belvédère sur les géants

L’aiguille du Midi, tout le monde connaît, même ceux qui n’y sont jamais allés ! Ce balcon sur la haute montagne, desservi par le téléphérique le plus haut de France, est le site touristique le plus visité en Auvergne-Rhône-Alpes. Il offre depuis ses terrasses et autres installations, une vue à 360° sur les innombrables glaciers de la chaîne des Alpes. Ce que l’on sait moins, c’est que cette plateforme donne accès à un autre téléphérique permettant de prolonger son voyage entre terre et ciel : le Panoramic Mont-Blanc. Ouvert uniquement l’été, cet appareil composé de « plusieurs grappes » de trois petites télécabines 4 places, relie l’aiguille du Midi (3777m) à la pointe Helbronner (3466 m) en Italie. Une traversée aérienne de 30 minutes environ, au-dessus des séracs et des crevasses de la Vallée blanche et du glacier des Géants. Jumelles et grand angle de rigueur pour ne pas perdre une miette de ce parcours de 5 kilomètres à plus de 3400 mètres d’altitude, d’où l’on peut suivre la progression des cordées d’alpinistes en randonnée glaciaire ! Cette deuxième excursion contemplative nécessite un supplément de 34 € sur le tarif aller-retour Chamonix-Aiguille du Midi, soit 103€. Tutoyer les beautés de la nature sans effort a effectivement un prix… A l’issue du voyage aller, vous découvrirez aussi le Skyway, homologue italien du téléphérique de l’aiguille du Midi.

© Q. Iglesis
- Advertisement -