La LPO Isère annonce la réalisation à Varces-Allières-et-Risset d’un nouveau circuit pédagogique destiné à faire découvrir et mieux comprendre la fonction des corridors écologiques au grand public.

Ce deuxième parcours, après celui proposé depuis juillet dernier sur la commune de Noyarey, emprunte des sentiers existants très faciles d’accès pour petits et grands.

Long de 3 kilomètres et totalisant 100 mètres de dénivelé, il dessine une boucle avec plusieurs points d’observation. Ils permettent successivement d’aborder la lecture de paysages (statue de la Vierge de la Libération), la pollution lumineuse (église Saint-Pierre), les écrasements des animaux (pont enjambant l’A51), les passages d’animaux (l’allée de platanes, couloir de vie vert et bleu) ou encore la présence utile des chauves-souris (parc urbain).

Canal du Furon sur le sentier pédagogique de Noyaret ©Clarisse Novel/LPO Isère

Ces itinéraires de promenade, développés avec France Nature Environnement, s’accompagnent de deux outils de compréhension de leur environnement et indiquent aussi les obstacles auxquels sont confrontés les animaux et la faune dans ces deux secteurs. . D’une part, une application mobile de visite avec photos, quiz ou encore suivi GPS pour ne pas se perdre. D’autre part, d’ un livret (téléchargeable ici) avec plein d’infos pratiques sur ces deux itinéraires et sur les espèces animales et végétales qu’abritent ces espaces grignotés par l’urbanisme.

Pour rappel, l’antenne iséroise de l’association environnementale a identifié quatre corridors écologiques prioritaires dans la Métropole de Grenoble. Il y aura donc d’ici à l’an prochain autant de sentiers pédagogiques dans le cadre du Contrat Vert et Bleu de la Métropole, deux cette année (sur les secteur Vercors-Chartreuse et Vercors-Plateau de Champagnier) et deux en 2022 (Vercors-Taillefer et Plateau de Champagnier-Belledonne).

Un projet de médiation qui a reçu le soutien financier la Métropole de Grenoble, le Département de l’Isère et la Région Auvergne-Rhône-Alpes.

Les autoroutes, un danger pour la faune et une barrière pour la flore © Clarisse Novel/LPO Isère
- Advertisement -