Cette année, Champagny-en-Vanoise fête avec les hivernants, les 40 ans de sa liaison avec le domaine skiable de La Plagne. L’occasion de revenir avec Geneviève Ruffier-Lanche, toute nouvelle présidente de l’OT et mémoire du village, sur le développement touristique maîtrisé et raisonné de la commune, porte du Parc national de la Vanoise.

actumontagne : Quelle est la genèse de la liaison de Champagny avec la station de La Plagne, créée pour sa part ex-nihilo en 1962 ?
Geneviève Ruffier-Lanche : A l’époque, Champagny est un village de montagne qui s’éveille doucement au tourisme estival grâce à la création du Parc national de la Vanoise en 1963, à qui la commune a cédé 43% de son territoire. Le ski y a fait de modestes débuts en 1959 avec la construction par Emma Ruffier-Lanche de la colonie Joie et Soleil qu’accompagne l’implantation de deux petits remonte-pentes communaux. En 1965, la SAP, société d’aménagement de La Plagne, construit une télécabine unique en Europe à l’époque jusqu’au sommet de la Grande Rochette, qui domine le versant sud de Champagny. Ses dirigeants envisagent de créer un nouveau pôle intégré à 1900 mètres d’altitude. Le maire de Champagny d’alors, Michel Renaud, perçoit les avantages que peut procurer un tel développement, mais il va se battre pour que celui-ci se fasse plutôt à partir de son village et par ses habitants. En 1970, après consultation de la population et un référendum, la majorité des Champagnolais décident de se tourner vers le tourisme en créant une remontée mécanique, un télésiège, avec lequel les skieurs mettent 20 mn d’une montée vertigineuse pour rallier les pistes de La Plagne !

actumontagne : Quelles sont les autres étapes clé de l’essor touristique de Champagny ?
Geneviève Ruffier-Lanche : La création de lits touristiques pour accueillir les nouveaux hivernants grâce à l’établissement d’un plan d’urbanisme directeur de 1971 à 1979, l’aménagement par la SAP d’un accès au glacier de Bellecôte, situé en grande partie sur le territoire de Champagny et surtout l’ouverture en 1986 d’une télécabine en remplacement du télésiège historique, trop lent et à la capacité insuffisante. De nouveaux lits touristiques ainsi que d’autres dédiés à la population locale qui ne cesse d’augmenter, voient le jour entre les années 1980 et 1995. S’installeront successivement une école de ski, un centre commercial, l’office de tourisme, une piscine municipale. La station développera des navettes entre les hameaux, créera en 2009 un véritable front de neige pendant que la SAP développe la neige de culture et relie son domaine à celui des Arcs, formant Paradiski. Patrimoine et culture sont aussi au centre des préoccupations des Champagnolais comme en témoigne la transformation, en 2007, de l’ancien presbytère en espace muséographique dédié aux glaciers, l’espace Glacialis…

Actumontagne : Toutes ces étapes clés vont être retracées dans un Son et Lumière que vous avez concocté et programmé chaque semaine de ces vacances d’hiver. Une grande soirée festive en perspective ?
GRL : Oui ! Elle va commencer par une descente aux flambeaux des moniteurs de ski, suivie du son et lumière réalisé à partir de photos de ma collection personnelle et de celles prêtées par les Champagnolais. Ensuite, vin chaud et partage d’un gros gâteau d’anniversaire ! Chaque semaine, les commerçants et prestataires vont offrir de beaux lots pour la tombola (séjours à Champagny, fortaits de ski, matériels…). Ils gâteront aussi tous les quadras de 2011 ! Le village va aussi être décoré aux couleurs de La Plagne –rouge, blanc, noir – avec d’énormes ballons affichant le logo des 40 ans. Et parce que Champagny est aussi une destination estivale phare, cet anniversaire se poursuivra tout l’été. 
Propos recueillis par Sophie Chanaron