Le 24 septembre dernier, le projet de territoire du Grésivaudan, document qui fixe des priorités d’actions adaptées aux attentes des habitants et des élus, a été adopté par le Conseil communautaire de cette communauté de communes mitoyenne de Grenoble Alpes Métropole. Cette feuille de route liste les politiques publiques à mener pour aller vers un modèle de développement « plus équilibré, plus durable et plus résilient », dans un territoire où il fait bon vivre, mais marqué par des problèmes de mobilité, un dynamisme démographique en perte de vitesse et un vieillissement de la population.

Henri Baile, vice-président en charge de l’habitat et du logement et Francis Gimbert, président de la communauté de communes du Grésivaudan

Pour trouver un meilleur équilibre entre habitat, emplois et services sur l’ensemble de ce vaste territoire de 46 communes, le projet priorise des actions en matière de mobilité, d’habitat pour permettre aux jeunes de pouvoir s’installer dans le Grésivaudan, de maîtrise du foncier ou encore de diversification de l’économie présentielle. Dans cette dernière se trouve le tourisme, enjeu majeur de développement pour l’économie du Grésivaudan. Il a fait l’objet d’un schéma de développement du tourisme et des loisirs à l’horizon de 2023, validé fin mai par le conseil communautaire. Ce schéma succède à la prise en charge par la collectivité, en janvier 2017, de la promotion du tourisme (loi NOTRe) et qui a conduit à la création d’un office de tourisme communautaire.

Le Grésivaudan

Le schéma de développement du tourisme a identifié des axes prioritaires (la découverte et la pratique sportive de la nature, les activités hivernales, le bien-être et l’art de vivre) et retenu neuf destinations touristiques phares où promouvoir le tourisme : la Vallée du Grésivaudan, la Plateau des Petites Roches, Uriage-les-Bains, Chamrousse, Allevard-les-Bains, le Collet d’Allevard, l’espace nordique du Barioz/Grand Plan, Les 7LAux, la chaîne de Belledonne. Le Grésivaudan va consacrer cette année 1,8 million d’euros d’aides pour faire émerger dans ces destinations des projets différenciants mais complémentaires. la clientèle locale et de proximité, mais aussi plus lointaines.