Cet été, et jusqu’au prochain Grand Bivouac -20 au 23 octobre 2011-, les murs d’Albertville servent de support à une exposition de photos grand format qui se focalise sur les ressemblances entre les hommes, d’ici et d’ailleurs. Véritable plaidoyer pour le respect et la tolérance, Nous z’autres est l’occasion pour le festival du voyage et des découvertes partagées, de fêter ses dix ans. Explications avec Bruno Van den Driessche qui dirige le Grand Bivouac, aux côtés de Guy Chaumereuil, son président-fondateur.

actumontagne.com : Comment est née l’exposition Nous z’autres ?
Bruno Van den Driessche : A l’issue de la 9e édition du Grand Bivouac, la ville d’Albertville et l’équipe du Grand Bivouac ont mené conjointement une réflexion pour savoir comment nous pouvions marquer le coup pour le dixième anniversaire du Grand Bivouac et les vingt ans en 2012 des JO d’Albertville. Nous souhaitions créer une animation en amont du festival, permettant de toucher aussi bien les Albertvillois, que les touristes de passage. Cela en associant nos thèmes de prédilection qui sont les voyages et l’ailleurs, et la région d’Albertville. L’idée d’une exposition photos à ciel ouvert, montrant les similitudes entre les hommes ici et aux quatre coins de la planète, s’est imposée.

actumontagne.com : Vous avez travaillé avec des photographes de Grands Reportages et d’Alpes Magazine…
BVDD : Nous avons effectivement signé un partenariat avec Grands Reportages et Alpes Magazine. Avec deux photographes du premier magazine, Marc Dozier et Franck Charton, nous avons effectué une sélection de portraits qu’ils ont ramenés de leurs pérégrinations dans le monde entier. Ensuite, Alpes Magazine a missionné deux de ses photographes, Pierre Witt et Fred Culas, pour qu’ils réalisent des portraits d’habitants de la région dont les gestes, les attitudes ou les situations se rapprochent de ceux des personnages fixés par leurs confrères de Grands Reportages. Au total, cinquante clichés grands formats s’exposent sur les murs de la cité olympique sous forme de duos gens d’ici, gens d’ailleurs.

actumontagne.com : L’effet miroir de ces diptyques est saisissant ! Quel message l’exposition Nous z’autres veut-elle délivrer ?
BVDD : Celui de la tolérance, du respect et de l’universalité de l’humanité à l’heure où l’on débat sur l’identité, et où certains cherchent à opposer les hommes entre eux. Nous z’autres montre à travers ces images combien nous nous ressemblons d’un bout à l’autre de la planète. Un voyage au cœur de la diversité où les gestes du quotidien qu’ils soient effectués par paysan du Beaufortain, son homologue d’Asie, une mère savoyarde ou une mère africaine, sont identiques.

actumontagne.com : Cette exposition à ciel ouvert est aussi une invitation à (re)découvrir Albertville qui s’apprête à célébrer un autre anniversaire, celui des JO de 1992 ?
BVDD : Absolument ; les 50 photos ont été suspendues dans différents quartiers de la ville et jusqu’à Conflans. Nous avons d’ailleurs beaucoup de retour des locaux à qui cette exposition suspendue a permis de découvrir ou redécouvrir des façades, des perspectives architecturales de leur ville.

actumontagne.com : L’exposition est visible jusqu’au prochain Grand Bivouac qui se tient du 20 au 23 octobre prochain. Quelques mots sur cette 10e édition ?
BVDD : Nous avons voulu rendre hommage aux grands voyageurs qui ont marqué le 20e siècle, ceux qui ont nourri notre imaginaire et nous ont ouvert la voie et dont nous allons confronter les expériences aux mondes d’aujourd’hui : Théodore Monod, Ella Maillart, Alexandra David-Néel, Nicolas Bouvier ou Henry de Monfreid. Jean Malaurie, inlassable défenseur du peuple inuit, sera l’un des invités d’honneur du Grand Bivouac 2011, avec le pianiste nomade Marc Valla qui donnera un concert place de l’Europe. Il y aura plus de 70 rendez-vous programmés sur trois jours.

actumontagne.com : Des nouveautés marquantes en octobre prochain ?
BVDD : Une nuit blanche pour les jeunes le samedi, soirée conviviale avec des projections, des concerts et des temps d’échanges au gymnase du centre-ville, nouveau lieu du festival. De même, dans le cadre des 1er Pas de l’aventure, section jeune du Grand Bivouac, nous faisons évoluer le prix du jury, décerné en partenariat avec les villes d’Albertville et d’Aoste. Nous offrons 500 € plus un billet d’avion au lauréat pour lui permettre de réaliser un nouveau projet audio-visuel. Objectif, faire émerger un réseau de jeunes voyageurs-documentaristes labellisés Grand Bivouac.

Propos recueillis par Sophie Chanaron