C’est vendredi soir que Télégrenoble a annoncé le décès de Jean Faure à l’âge de 85 ans. L’enfant du Vercors, qui revendiquait haut et fort ses racines paysannes, a exercé de nombreux mandats dans sa longue carrière politique. Celle-ci a démarrée en 1977, année où celui qui fut moniteur de ski et directeur du village olympique d’Autrans lors des JO de Grenoble en 1968, est élu conseiller municipal d’Autrans. Deux ans plus tard, il devient conseiller départemental du canton de Villard-de-Lans. Il le restera jusqu’en 2004. Entre 1985 et 1992, il est vice-président du Département, en charge du tourisme, de l’environnement, de la montagne et de la forêt, une délégation qui le passionne, lui l’infatigable défenseur des territoires ruraux et de la montagne.
Maire d’Autrans de 1983 à 2008, il participe à la création de la Communauté de communes du Massif du Vercors qu’il présidera de 2001 à 2008 et s’implique fortement dans la création du parc naturel régional du Vercors.
En 1983, sa carrière politique prend une dimension nationale en devenant sénateur de l’Isère. Durant ses trois mandats successifs à la chambre haute du Parlement, Jean Faure occupe différentes responsabilités en qualité de membre de la commission des affaires étrangères, de président du groupe d’études du sport, de membre du groupe d’études sur le développement économique de la montagne ou encore comme membre de la Haute Cour de Justice.
Les nombreux hommages qui affluent depuis l’annonce de son décès, évoquent tous un homme attaché à sa terre natale, ouvert, conciliant, altruiste et visionnaire.
S’il s’était mis en retrait de la vie politique -racontant son parcours dans un ouvrage paru l’an dernier Le renard du Vercors : des hauts plateaux à la jungle politique (Glénat)-, il avait tenu à conserver la présidence de l’Afrat, l’association pour la Formation des Ruraux aux Activités de Tourisme qu’il avait fondée en 1965. Martine Chaligné, sa directrice, rappelle dans un communiqué combien il était viscéralement attaché à l’Afrat. « Grâce à lui, plus de 50 000 personnes et un grand nombre de territoires ruraux et montagnards ont pu bénéficier du soutien de l’Afrat et mettre en œuvre des projets de tourisme durable en faveur des populations locales. C’est un immense vide que nous laisse son départ, il va pourtant falloir continuer à nous battre ensemble pour que ses valeurs continuent à être défendues dans nos territoires, nos départements et nos régions ».
Les obsèques de Jean Faure ont lieu mercredi à 14h en l’église d’Autrans. Notre magazine s’associe à la peine de ses proches et en particulier à celle de sa fille Nathalie, vice-présidente du Conseil départemental de l’Isère, déléguée à la montagne depuis un an.

Jean Faure ©Afrat
- Advertisement -