Le peintre et sculpteur Jean-Marie Pirot, alias Arcabas, est mort chez lui en Chartreuse le 23 août. Né en 1926 en Lorraine, cet homme de foi, diplômé des Beaux-arts, s’était installé à Saint-Pierre-de-Chartreuse en 1986. Avec l’accord du maire et du curé de l’église de Saint-Hugues, celui qui était alors enseignant à l’École d’art décoratif de Grenoble au début des années 50, avait à l’époque entrepris de décorer ce lieu de culte en renouvelant l’iconographie des textes sacrés dans la culture occidentale. Un vaste chantier de création en trois phases entre 1953 et 1986. A la clé, la réalisation d’une œuvre monumentale, la plus importante de sa carrière. Au début des années 80, il en avait fait donation au Département de l’Isère qui transforma ce lieu en Musée départemental d’art sacré contemporain. Un site muséographique atypique, visité par quelque 35 000 personnes chaque année, point de départ de nombreuses balades inspirantes en Chartreuse.

Arcabas travaillant sur les vitraux de la basilique du Sacré-Coeur de Grenoble ©Philippe Gonnet

Si Arcabas a réalisé de nombreuses œuvres d’art sacré, ses créations profanes, moins connues, sont aussi très nombreuses, avec une prédilection pour la nature et les paysages ainsi que les nus. Il était reconnu en France comme à l’étranger où il a régulièrement exposé.
Ces derniers mois, l’artiste chartroussin, dont l’épouse Jacqueline était décédée en janvier 2017, bien que fatigué, s’affairait encore, aux côtés du maître-verrier Christophe Berthier, à la réalisation des vitraux de la basilique du Sacré-Cœur à Grenoble, soit 24 baies de 6 mètres de haut, dont la moitié ont déjà été posées.

C’est dans la petite église de Saint-Hugues-de-Chartreuse que ses obsèques seront célébrées le 28 août prochain à 11h.