Le freestyle suscite un engouement croissant dans les rangs des jeunes skieurs. A côté des riders chevronnés sur qui se focalisent les objectifs, de jeunes talents émergent comme Iris Castaing, 17 ans et Pierre Guyot, 21 ans, repérés cette saison.



Ils ne se connaissent pas vraiment mais se sont déjà croisés au hasard du calendrier des compétitions et autres rassemblements entre riders. Iris Casting et Pierre Guyot ont pourtant pas mal de points communs. Ils ont avant tout la passion de la glisse et tout particulièrement du freestyle. Originaires des Hautes-Alpes pour elle (Risoul/Serre-Chevalier) et de Savoie pour lui (Saint-Martin-de-Bellevile), ils sont tombés dans la marmite ski dès leur plus jeune âge. Mais enchaîner les descentes et les slaloms sur piste lisse, très peu pour eux. Sauter des bosses, franchir des obstacles en effectuant des figures dans les airs, voilà ce qui les fait vibrer. C’est donc tout naturellement qu’ils ont pris la direction du freestyle, dont les sections dans les clubs de sports lorsqu’elles existent, saturent. « Après plusieurs années de compétition en ski alpin, j’en ai eu marre du chrono, de la rigueur de l’enseignement et du système fédéral. J’ai  décidé, en 2001, de bifurquer vers le freestyle car cela correspondait vraiment à mes attentes en matière de glisse», raconte Pierre, en IUT Ski étude à Annecy et qui résume bien l’esprit des freestylers. 



Iris, elle, a démarré le freestyle il y a trois ans. « Au départ, je n’envisageais pas de faire de la compétition mais ma rencontre avec des riders du club freestyle de Serre-Che m’a fait franchir le pas il y a un an», explique la jeune fille, en terminale S et qui languit l’année prochaine pour s’adonner à sa passion sans relâche.
Déterminés à faire leur place dans l’univers du freestyle, où les Frenchies donnent du fil à retordre aux cracks nord-américains, nos deux pro-riders en herbe, ont d’ailleurs été repérés par les fabricants toujours à l’affût de porte-drapeaux talentueux pour porter leurs couleurs. Bonne pioche pour Head, Rip Curl et Sun Valley puisque les 14 et 15 janvier dernier, aux Contamines-Montjoie, première étape de la coupe du monde de freestyle, leurs poulains se sont fait remarquer dans l’épreuve de half-pipe avec une 8e place pour Iris chez les filles et une 5e pour Pierre chez les garçons. Mais au-delà des compétitions, Pierre comme Iris veulent surtout marquer leur sport de leur empreinte en faisant des photos et des vidéos. Pour gagner leur vie grâce aux parutions dans les médias spécialisés mais aussi  pour le plaisir de se surpasser en réalisant devant l’objectif le saut qui bluffe public et pairs.


Sophie Chanaron