Le 28e salon international du livre de montagne de Passy se tient du 10 au 12 août. Il s’est donné pour thème cette année “Les femmes et la montagne”. L’occasion pour Actumontagne de rencontrer sa présidente d’honneur, Martine Rolland, première femme guide d’Europe.

Actumontagne : Qu’est-ce qui vous a poussé à accepter la présidence d’honneur de cette 28e édition ?
Martine Rolland : Je ne suis jamais allée au salon international du livre de montagne de Passy, mais je suis moi-même une grande lectrice, notamment de livres de montagne. Et je me retrouve bien dans le thème de cette année : Les femmes et la montagne. Cela va me permettre de rencontrer d’autres femmes guides dont j’ai entendu parler, comme la Suissesse Nicole Niquille.

Martine Rolland, première femme guide en Europe

Actumontagne : Quels livres aimez-vous lire ?
M. R. : J’aime tous les styles : romans, thrillers, autobiographies… Pour les livres de montagne, je préfère ceux où l’on découvre l’auteur de façon intime, plutôt que ceux où il raconte ses exploits. En revanche, je n’apprécie pas les ouvrages qui racontent des drames. La montagne, ce n’est pas que des drames, mais surtout du positif, de la beauté, de la vie… Les livres de Bonatti m’ont marquée, c’était mon idole ! Récemment, j’ai découvert la BD de Jean-Marc Rochette intitulée Ailefroide, altitude 3 954. C’est bien dessiné, et l’histoire me parle beaucoup.

Actumontagne : Quel est votre parcours en montagne ?
M. R. : Originaire de Grenoble, j’ai rencontré à 20 ans celui qui est toujours mon mari, le guide savoyard Jean-Jacques Rolland. Il m’a donné le goût de la montagne, et j’ai réalisé de très belles courses, de plus en plus difficiles. Je me suis dit que j’avais le niveau pour présenter le concours de guide. Mais je me suis aperçue qu’il y avait une sorte de barrage psychologique de la part des guides plus âgés que moi. Car à l’époque, il n’y avait aucune femme guide, ni en France, ni en Europe. Cela a donc été difficile pour moi, j’ai senti une sorte d’animosité. J’y suis quand même arrivée, mais j’ai dû faire mes preuves davantage que les autres.

Martine Rolland à ses débuts dans les années 80

Actumontagne : En quoi cela a-t-il marqué votre vie d’être la première femme guide ?
M. R. : Après avoir réussi le concours, en 1983, j’ai été très sollicitée médiatiquement. Je n’imaginais vraiment pas ça ! Ce n’était pas très agréable, car je préférais passer mon temps en montagne ou en falaise. Cela a même perturbé pendant quelque temps ma vie familiale. J’ai donc décidé de refuser certaines sollicitations. Puis ça s’est tassé, et j’ai pu exercer tranquillement mon métier.

Actumontagne : Êtes-vous toujours en activité ?
M. R. Non, car j’ai presque 70 ans, mais je continue à être passionnée de montagne et d’escalade. Je pratique toujours à titre personnel, principalement avec mon mari. Nous allons souvent grimper sur les falaises autour de Briançon, où nous habitons. C’est une passion qui ne s’éteint pas !

Propos recueillis par Jeanne Palay

Un salon où on lit et cause !
Chaque jour, au Salon international du livre de montagne, organisé par l’association Montagne en Pages, des dédicaces d’auteurs, des rencontres littéraires, des lectures, des tables rondes et des conférences, des films à l’espace vidéo et des animations tout public. Le salon sacre aussi chaque année plusieurs ouvrages avec le grand prix du salon, le prix del’image de montagne Le prix du Pays du Mont- Blanc et enfin le prix de la meilleure bande dessinée sur le thème de la montagne. Le programme ici