La Communauté de Communes de Haute-Tarentaise (CCHT) affiche désormais haut et fort l’excellence de son territoire de montagne, destination rebaptisée Haute-Tarentaise Vanoise pour marquer son lien avec le premier parc national français. Détails avec Serge Revial, maire de Tignes et vice-président tourisme de la CCHT.

La régie touristique que vous présidez dispose d’un budget annuel d’environ 1,3 M€. Quelles sont vos priorités ?
Serge Revial : Nous voulons développer le tourisme d’été et l’étirer même sur le printemps et l’automne. Pour impulser ce nouvel élan à l’échelle européenne, il fallait d’abord lancer une marque de territoire capable de porter son excellence. Nous avons choisi «Haute Tarentaise Vanoise» qui met en relief notre accroche avec le Parc national de la Vanoise. Dès cette saison, un totem «Haute Tarentaise Vanoise, territoire d’exception» marquera les quatre portes d’entrée du territoire, à Bourg-Saint- Maurice et aux cols du Petit Saint-Bernard, de l’Iseran et du Cormet de Roseland. Et aux deux bureaux d’information existants déjà l’été, l’un au col du Petit-Saint-Bernard, porte d’entrée internationale de notre territoire, l’autre à Séez, nous en ajoutons un troisième à coté de la gare de Bourg-Saint-Maurice, là où nous avons ouvert l’hiver une bagagerie.

La voie verte, un bel itinéraire pour commencer explorer la Haute-Tarentaise Vanoise ©C.Clère/CCHT

La notoriété de vos stations de grandes marques ne suffit-elle pas ?
Serge Revial : Notre territoire aux milles facettes – c’est un vrai pays ! – n’offre pas seulement de grandes stations et du sport, des loisirs et de la randonnée. La clientèle qui y séjourne a besoin de sortir des sentiers battus. D’aller au col du Petit Saint-Bernard et ramener du Limoncello, au Miroir et acheter du fromage de chèvre, aux Chapelles et découvrir la coutellerie artisanale de Stéphane Thomat, la Forge des Montagnes… Nous avons aussi des clients itinérants attirés par le tourisme industriel – comme le barrage de Tignes, sa visite a beaucoup de succès-, mais aussi le tourisme culturel, patrimonial ou de terroir.

Serge Revial ©Mairie de Tignes

Le cyclotourisme fait-il toujours partie de vos priorités de développement ?
Serge Revial : Et comment ! C’est un vecteur de développement du tourisme quatre saisons. Nous souhaitons faire de notre territoire une destination et un terrain de jeu pour tous les pratiquants de VAE. Dès cet été, le tronçon de la voie verte qui part de la base nautique de Bourg-Saint-Maurice, va jusqu’au pont de Bonneville sur la commune de Villaroger. Nous aimerions l’ouvrir jusqu’aux stations de Tignes et Val d’Isère. Nous y travaillons. Et la régie touristique de la CCHT finance pour cet été deux bornes de recharge pour les VAE par commune. Et pour alimenter plus ce courant, les stations de Tignes et Val d’Isère organisent la deuxième édition de l’E-bike Festival du 29 au 31 juillet, avec près de 400 VAE disponibles en test pendant les trois jours.

La CCHT soutient à hauteur de 40 000€, l’Xplore Alpes Festival (20-30/10). Quelle est sa vocation ?
Serge Revial : Il est important pour doper le tourisme quatre saisons sur le territoire et celui des Versants d’Aime. Ce rendez-vous lancé l’an dernier par Thibaud Duchosal permet aux enfants et aux familles de pratiquer, pendant les vacances de la Toussaint, des activités de plein air encadrées par des pros, de visionner des films, de participer à des causeries sur la montagne… Et cette année, son village, installé à Bourg-Saint-Maurice, sera sous chapiteau.

Propos recueillis par Nathalie Ruffier

- Advertisement -