A 81 ans, Raymond Freiher n’a raccroché ni les skis ni arrêté d’enseigner le ski. Il est le plus âgé des moniteurs en exercice de l’ESF de Megève, juste devant Rémi Arnod-Prin, son cadet d’un an. Rencontre !


«Je n’enseigne plus que trois à quatre heures par jour », explique Raymond Freiher, l’une des figures de l’école du ski français de Megève. Question de santé mais aussi, tient-il, à préciser, par souci de ne pas prendre la place des plus jeunes. Mais de ce côté-là, point de danger puisqu’en haute saison, il y a pénurie de moniteurs, ici, comme ailleurs. En 60 ans d’activité, Raymond Freiher, l’un des derniers seigneurs de la profession, a tout connu de l’évolution de son métier et de sa perception par le public. Il évoque d’ailleurs avec un brin de nostalgie l’époque où les pulls rouges exerçaient une véritable fascination sur la clientèle citadine, notamment féminine, et où ils étaient de véritables notables en montagne. «Cette époque est révolue sans compter que les clients ne sont plus aussi fidèles qu’avant » regrette notre homme. « Ils s’attachent moins à leur moniteur qu’autrefois mais c’est comme cela, il faut s’y faire». Et de rappeler que dans les années 50 et 60, l’âge d’or pour la corporation, les moniteurs travaillaient essentiellement à l’engagement, ce qui avait pour effet de nouer des liens très forts entre enseignants et élèves. « J’ai même été engagé à vie par un client parisien avec lequel j’ai sillonné l’Europe et dévalé les pistes des plus grandes stations pendant plus de 15 ans, avant qu’il n’achète un chalet ici à Megève et me redonne une certaine liberté. C’était plus qu’un ami ; sa famille était devenue un peu la mienne», raconte-t-il avec émotion. Raymond Freiher pourrait aussi se targuer d’avoir compté dans ses élèves des VIP, des vraies, pas des gloires éphémères dont les magazines people se gargarisent de nos jours. Modeste et discret, il lâche, quelques noms : Rita Hayworth, la famille royale d’Italie, Antoine Riboud…
A l’heure des 60 ans de l’école de ski de Megève, Raymond Freiher est l’interlocuteur idéal pour qui veut se plonger dans l’histoire du ski. Car celui qui aurait pu être un crack si une sérieuse blessure et la Seconde guerre mondiale ne l’avaient écarté de l’équipe de France, en est l’un des acteurs. Les gestes techniques, l’évolution du matériel et les hommes clés, toute l’épopée des sports d’hiver est profondément ancrée dans sa mémoire. Et c’est avec un plaisir évident qu’il la livre.
Sophie Chanaron