L’artiste peintre Brigitte Gorry est l’invitée d’honneur du 26e salon de peinture et de sculpture de Moûtiers. Un rendez-vous très prisés des artistes rhônalpins et valdôtains qui ont planché cette année sur le thème du bleu. Rencontre.

Originaire du Poitou mais installée près d’Albertville depuis une vingtaine d’années, Brigitte Gorry se consacre totalement à la peinture depuis 2004, année où elle s’est inscrite à la maison des artistes. Cette ancienne éducatrice spécialisée partage son temps entre l’enseignement et la création. Son thème principal d’inspiration, la femme, qu’elle explore sous tous les angles. « J’ai beaucoup de choses à exprimer, à interroger. C’est un thème qui m’inspire bien plus qu’un paysage ou qu’une nature morte » précise-t-elle.


Elle s’est faite remarquée par les organisateurs du salon de peinture et de sculpture de Moûtiers, en 2009. Ils ont décidé d’en faire l’invitée d’honneur de l’édition 2011. « Je ne suis pourtant pas à l’aise dans l’exercice du thème imposé mais celui de cette année-là était « les modes », vestimentaires ou non, et j’avais pas mal travaillé dessus. J’ai donc envoyé des tableaux pour exposer, idem l’an dernier dont le thème, la célébration du 150e anniversaire du rattachement de la Savoie à La France ne m’inspirait pas au départ. J’ai finalement réalisé le portrait d’une paysanne. Les thèmes imposés obligent à explorer d’autres voies, à repousser ses limites et à ouvrir ses horizons ».


Cette année, c’est sur le thème du bleu que le salon de peinture et de sculpture 2011 de Moûtiers a demandé aux artistes de plancher. Un thème très large et qui a visiblement emballé les créateurs puisque le nombre de participants a explosé cette année : 70 originaires de la région Rhône-Alpes et du Val d’Aoste, ont répondu présent et exposent au total quelque 130 œuvres.  Dans la salle qui est consacrée à Brigitte Gory, il y aura du bleu, mais pas seulement ! «Je dévoile tout mon univers », explique la jeune femme, ravie de cette consécration. « Ce qui me manque pour explorer de nouveaux thèmes, c’est du temps car une grande partie de celui-ci est occupé par l’enseignement du dessin. Une activité que j’aime bien et qui me nourrit mais chronophage pour la création. Je ne désespère pas d’inverser la tendance ». Et si sa distinction par le Salon de Moûtiers était le coup de pouce qu’elle attendait ?

Sophie Chanaron