L’épreuve de ski de fond française mythique se déroule du 18 au 22 janvier sur le vaste domaine nordique d’Autrans. Quatre journées intenses où tous les fondeurs trouveront une épreuve à leurs pieds. L’édition 2006 a choisi de réconcilier ski de fond et raquette à neige, cette dernière faisant une incursion au coeur des festivités. Une première à saluer !

Bientôt trentenaire et toujours la pêche, la Foulée blanche d’Autrans ! Pourtant, le ski de fond a connu des jours meilleurs. Les pratiquants sont en recul sensible ces dernières années. Les sites de ski nordique évaluent aujourd’hui le nombre de journées-skieurs payantes à 2,5 millions. Elles avoisinaient les 5 millions à la fin des années 80. En cause, l’instauration, en 1985, d’une redevance pour accéder aux pistes damées, l’apparition du skating, jugé trop technique par bons nombres de fondeurs et certainement l’engouement pour la raquette à neige. Pourtant, à l’heure où émergent des champions tricolores dans les disciplines nordiques –Raphaël Poirée, Vincent Vittoz, Sandrine Bailly – et où certains sites nordiques développent la dimension ludique du fond via des snowparks nordiques, ce sport d’hiver pourrait recruter de nouveaux pratiquants.
Rassemblement grand public, la Foulée blanche est justement la vitrine privilégiée pour faire la promotion du ski de fond en mettant l’accent sur son accessibilité, en dédramatisant l’aspect technique du skating et en montrant qu’il s’accommode lui aussi très bien des bosses et autres obstacles. En ligne de mire, les ados qui ne jurent que par le freestyle et le cross.

 

Au fil des ans, l’épreuve reine du ski de fond en France a, en ce sens, décliné en parallèle à son épreuve phare du dimanche destinés aux fondeurs émérites, des courses pour les plus jeunes (la Foulée des jeunes, Foulée des enfants), d’autres pour les moins jeunes (Foulée des Séniors) et a multiplié les animations. L’édition 2006 ne déroge pas à la règle que se sont imposés les organisateurs d’étonner le public. Ainsi, cette année, et c’est une grande première, ski de fond et raquettes à neige se réconcilient. Les accompagnateurs en montagne, chantres de la raquette à neige, vont ainsi organiser des sorties sur les crêtes de la Molière. De même, certains parcours de la Foulée des Seniors s’effectueront en raquettes. En séjour à la montagne, on peut un jour s’éclater en raquette à neige dans la neige fraîche et un autre jour, glisser en alternatif sur les rails tracés par les dameuses ou opter pour le pas de patineur (skating). L’heure est désormais à la polyvalence.

L’Open Test à découvrir

Depuis Noël dernier, Autrans a mis en place sur son domaine nordique un système de chronométrage permanent et interactif qui permet, via Internet, de consulter son temps sur un parcours donné et de se mesurer aux autres fondeurs. Pour cela, il faut acquérir un dossard électronique (6 euros) à épingler sur soi. Ainsi, lorsque le porteur du dossard franchit l’un des deux portiques électroniques installés au départ des pistes et au plateau de Gève, le chronométrage se met en route. Il suffit de repasser à proximité de la borne pour que le temps soit enregistré. L’occasion de mesurer sa progression au fil de la saison.  Un système opérationnel à pied et en VTT. Pensez-y dès le printemps prochain !