Du 11 au 15 mars prochain, les meilleurs freestylers mondiaux en skicross et ski de bosses sont à Megève pour les finales de leur coupe du monde respectives. En coulisses, le club des sports, l’ESF, les services techniques de la commune et les remontées mécaniques oeuvrent depuis des mois à la réussite de ces deux événements. A quelques jours de leur coup d’envoi, rencontre avec Fabrice Estieu, directeur technique des remontées mécaniques megevanes, membre du comité d’organisation.

actumontagne : La compétition démarre samedi 14 mars, avec la finale Audi Fis de skicross, suivie le lendemain par celle de ski de bosses. Comment vous sentez vous ?
Fabrice Estieu : Très bien ! Nous sommes dans la toute dernière ligne droite. Dès ce mercredi 11 mars, Megève accueille les équipes de skicross. Les entraînements vont démarrer pour elles le lendemain sur la piste de skicross de la Cote 2000. Elle est prête, superbe et son tracé différent de celui de l’étape coupe du monde d’il y a deux ans sur le même site. Les deux shapers de la FIS ont commencé à travailler le tracé lundi 2 mars. Pour fabriquer les modules, ils ont besoin de deux machines et… de bras, car les opérations manuelles restent nombreuses. Nous leur mettons une machine à disposition, ainsi que du personnel. Juste à côté, le site pour l’épreuve de ski de bosses est lui aussi prêt à accueillir les premiers entraînements des bosseurs, vendredi 13 mars.

Les meilleurs du ski de bosses en lisse à Megève  ©Megève Tourisme/Simon Garnier

actumontagne : La météo printannière actuelle ne vous inquiète-t-elle pas ?
Fabrice Estieu : Il n’y a aucune inquiètude à avoir pour la neige. En terme de quantité, il y en a suffisamment. Nous avons fabriqué entre 25 000 et 30 000 m3 de neige de culture en début de saison, le volume nécessaire pour réaliser les différents modules du tracé choisi. En terme de qualité, si les contrôleurs le décident, nous pourrons injecter de l’eau pour durcir la piste. Le spectacle va être exceptionnel. Il va contribuer à la réussite de l’organisation de ces deux événements, qui valorisent l’image de station sportive de Megève et son savoir-faire en matière d’accueil de compétitions de haut niveau.

actumontagne : Pendant les compétitions, où serez-vous ?
Fabrice Estieu : Je ne serai jamais très loin du site des compétitions, mais également en action sur le reste du domaine skiable. Il ne faut pas oublier que pendant ces cinq jours, à l’exception du stade de compétition de la Cote 2000, toutes les autres pistes restent accessibles à la pratique du ski loisir. Le télésiège de Radaz, qui dessert le stade de compétition, n’est ainsi pas réservé aux athlètes. Nos clients peuvent l’emprunter également pour aller se placer le long de la descente du skicross et encourager les concurrents. Notamment les tricolores, qui auront à coeur de se dépasser à domicile.

Propos recueillis par Sophie Chanaron

photos ©Megève Tourisme/DDD et ©Megève Tourisme/Simon Garnier

- Advertisement -