Les championnts du monde de ski alpin touchent à leur fin avec un bilan proche de zéro pour les tricolores… Troisième carte postale de notre envoyé spécial en Suède, Martin Léger, que nous avons chargé d’explorer les coulisses de l’événement plutôt que les épreuves sportives, largement commentées par ailleurs…

Les championnats du monde de ski alpin ne sont pas confinés aux seules pistes Stortloppet et Lundsrappet, théâtres des exploits d’Anja Paerson, Aksel-Lund Svindal et autres Daniel Albrecht. Ils se déroulent aussi du côté de la Festival Arena, le village officiel de l’événement, planté au bord du lac d’Are.

 

Restaurants, chapiteau de concert, show-room des skis de l’hiver prochain, on trouve de tout au sein de ce village. Et même un practice de golf, mis en place par Telia, principale compagnie téléphonique scandinave, qui sponsorise à la fois les championnats du monde de ski alpin et le circuit professionnel suédois de golf. « De nombreux skieurs viennent s’y essayer, m’explique la ravissante demoiselle blonde aux yeux bleus qui gère le stand. L’autre soir, un coureur de l’équipe de France est venu taper quelques balles pour se défouler après avoir raté sa course. Mais je ne sais pas duquel il s’agissait ». Quelques mètres plus loin se dresse le tipi Sami, du nom de l’ethnie originelle de la région d’Are. A l’intérieur, on trouve un restaurant qui propose du renne sous toutes ses formes, même en soupe! Dans l’autre partie du tipi, louée 4000 couronnes suédoises (environ 445 €) pour la quinzaine, sont étalées des fourrures de… renne, bien entendu. Celles à 90 € servent de décoration intérieure, alors que les autres, plus épaisses – vendues 100 € – sont utilisées comme tapis de sol pour  pique-niques dans la neige !

 

Ma visite du village s’achève du côté de la Kids Polar Zone (photo de une), un espace où les enfants peuvent s’adonner aux joies de la luge, du skidoo ou encore du croquet sur neige ! A noter que cette Kids Polar Zone est gérée par des lycéens de 16 à 19 ans. « Ça fait partie de leur programme scolaire, et cette implication de la population locale, y compris les jeunes, est prise en compte par la fédération internationale de ski lors de l’attribution des championnats du monde  »,  précise un responsable du comité d’organisation chargé de superviser les lycéens.