Avec ses 55 kilomètres de pistes, Arêches-Beaufort est généralement classée parmi la catégorie des « stations-villages ». Plus connue pour le ski de randonnée -grâce à la Pierra Menta- que pour le ski alpin, Arêches dispose pourtant d’un domaine à même de combler les amateurs de ski technique. Le témoignage du rider Arnaud Bovolenta, enfant de la station.

Vous adorez skier sur des grands boulevards où les reliefs sont peu présents? Arêches-Beaufort n’est sans doute pas la station idéale pour ce ski que d’aucuns jugent aseptisé, même si on trouve – aussi – quelques pistes de ce type. «Arêches est davantage une station pour faire du ski technique que familial. Il y a quand même pas mal de pente de manière général », estime Arnaud Bovolenta. Pour ce skieur de 24 ans, 17ème puis 21ème de la coupe du monde de skicross en 2011 et 2012, «on trouve des pistes plutôt plus longues que dans les grandes stations, à l’image de la rouge du Grand Mont, qui est l’une de mes préférées. J’aime aussi beaucoup la piste rouge du Piapolay, qui est assez vallonnée, avec de nombreux passages de route. C’est d’ailleurs l’une des caractéristiques des pistes d’Arêches, qui gardent leurs mouvements de terrain naturels. Le fait d’avoir beaucoup skié dessus me sert aujourd’hui dans le skicross. Ça m’aide pour la lecture du terrain».


Grandes courbes ou slalom entre les sapins

Si vous aimez les murs de bosses, vous avez aussi de quoi faire, avec notamment la «Super noire », située sur le secteur du Planay. « Elle est toujours laissée en conditions naturelles, sans damage. Quand on recherche des bosses dans du raide, il n’y a rien de mieux », assure Arnaud.
Autre atout d’Arêches-Beaufort : un enneigement conséquent malgré une altitude plutôt modeste (1080 à 2300 mètres). « Les couloirs au-dessus du col de la Forclaz sont un must pour le ski hors-piste. Il faut juste monter environ 50 mètres à pied au-dessus de l’arrivée du téléski de la Forclaz. On a ensuite le choix entre de nombreux couloirs, plus ou moins étroits. Certains demandent de tirer tout droit au début. Après, on débouche dans des grands champs bien dégagés. Ce sont des pentes idéales pour prendre de la vitesse dans la poudreuse. On rejoint ensuite la fin de la piste rouge des Perches, qui emmène sur le Planay. J’aime aussi bien le secteur hors-piste qui part à gauche de la piste du Pas des Vaches, dans le sens de la descente. Le début est assez vallonné, on skie entre les sapins et les arcosses, avec aussi la possibilité de sauter des petits rochers. Sur la fin, on louvoie le long d’un ruisseau, et on rejoint le bas de la piste bleue de l’Echarté. Il faut pas mal de neige pour y aller, mais c’est assez ludique », conclut le skicrosseur.

Martin Léger

La station de Marie Bochet, une femme en or !


Aux championnats du monde de ski alpin handisport 2013, en février dernier en Espagne, Marie Bochet, autre enfant du pays, a raflé cinq titres dans la catégorie debout : descente, super-G, slalom, super combiné et géant ! Vendredi 15 mars, la Communauté de communes du Beaufortain et la Société générale, partenaires de l’athlète, vont fêter cette grande championne qui a permis à la France, de conserver son titre de première nation mondiale de ski alpin handisport, décroché en 2011 à Sestrières en Italie. Au programme, pot de l’amitié offert par la coopérative laitière du Beaufortain à 17h puis à 20h30, animations sur le front de neige à Arêches et descente aux flambeaux par les moniteurs de l’ESF. En bouquet final, grand feu d’artifice pour célébrer comme il se doit l’ambassadrice de la station qui figurera incontestablement parmi les favoris à Sotchi en 2014. Venez nombreux !

- Advertisement -