Le stand-up paddle a le vent en poupe sur les lacs d’altitude. Leurs eaux calmes se prêtent bien à l’initiation de cet ancêtre du surf, qui offre une alternative originale à la randonnée aquatique en canoë-kayak. A Tignes, le SUP entame son 4e été, et son succès ne se dément pas, comme en témoigne Jean-Louis Monjo, directeur du service Sports et Loisirs de Tignes Développement (photo ©Andy Parant/Tignes Développement)

 

actumontagne : Comment le stand-up paddle a-t-il débarqué sur le lac de Tignes ?
Jean-Louis Monjo : Chaque saison d’été, nous essayons de proposer de nouvelles activités à nos vacanciers, et de les surprendre. Il y a quelques années, nous avions vu que sur le lac d’Annecy, il y avait un frémissement autour du stand-up paddle, à l’époque pratiqué essentiellement sur le littoral français. Nous pensions qu’il y avait du potentiel pour l’activité en montagne, la clientèle estivale étant aussi fan de loisirs aquatiques. En 2011, nous avons donc investi dans quatre planches de paddle pour équiper la base nautique. Chaque année nous avons augmenté ce nombre pour répondre à la demande ; nous en mettons 14 à disposition cet été.

actumontagne : Quelle est la grande force du stand-up paddle ?
JLM : Son accessibilité. Surtout sur lac où il n’y a pas de vagues, ni de vent qui peut emmener les embarcations au large. Il ne faut que quelques minutes pour trouver son équilibre sur cette planche large et insubmersible, et pour savoir manier correctement la pagaie. Avec ses 800 mètres de long et ses 400 mètres de large, le lac de Tignes s’explore en peu de temps. C’est un spot idéal pour la découverte de la discipline et des sensations de glisse qu’elle procure. On constate que les gens commencent chez nous, et qu’ensuite, pour faire de la randonnée aquatique en paddle, ils vont sur des étendues d’eau plus vastes.

actumontagne : Le SUP est-il un phénomène de mode ?
JLM : C’est trop tôt pour le dire ! Actuellement, l’engouement pour ce sport nautique est fort, à Tignes, mais partout où il est proposé. C’est une discipline très accessible, nous l’avons dit, mais le SUP est également un sport complet. Il fait travailler en douceur le cardio et le gainage.

actumontagne : Les cours de fitness et de yoga sur stand-up paddle se développent sur certains spots comme au lac d’Annecy, et même en piscine. Pensez-vous qu’ils marcheraient à Tignes ?
JLM : Certainement, car notre clientèle est plutôt sportive. C’est peut-être à envisager !

actumontagne : Le SUP est-il une activité chère ?
JLM : Avec la carte SporTignes, offerte à tous les vacanciers réservant au moins une nuit dans la station, l’activité stand-up paddle est gratuite et illimitée à Tignes. Au même titre qu’une vingtaine d’autres activités sportives.

actumontagne : Mais pour les personnes qui viennent à Tignes pour la journée, quel est le tarif ?
JLM : La location d’une planche de paddle revient à 5€ la demi-heure, combinaison comprise. Cette dernière est indispensable, car à 2100 mètres d’altitude, la température de l’eau ne dépasse pas les 12°en plein été !

Propos recueillis par Sophie Chanaron

photo ©Andy Parant/Tignes Développement

- Advertisement -