Du 13 au 17 juillet, la Plagne accueillait les championnats de France de canoë-kayak de descente. Les épreuves se déroulaient plus précisément à Aime, sur l’Isère, dans la vallée.

Cette compétition n’avait pas seulement pour but de décerner des titres nationaux. Elle servait aussi de test grandeur nature à un an des championnats du monde, qui se dérouleront à Aime en 2012. Ce qui explique que les épreuves étaient en parties ouvertes aux compétiteurs étrangers, même si ceux-ci ne pouvaient évidemment pas prétendre au titre de champion de France.
Deux types de courses étaient au programme de ces championnats de France : la classique (qui durait de 12 à 20 minutes) et le sprint (2 manches additionnées, durant chacune entre 30 secondes et 2 minutes 30 secondes). Ces épreuves étaient disputées sous forme de contre-la-montre, chaque compétiteur devant rallier le plus vite l’arrivée, en suivant la trajectoire de son choix (pas de portes à franchir, contrairement aux épreuves de slalom). A noter que les épreuves étaient déclinées sous forme individuelle et par équipe. Dans cette dernière formule, trois compétiteurs prenaient le départ simultanément et devaient franchir l’arrivée ensemble avec moins de 15 secondes entre le premier et le dernier arrivé de chaque équipe.
Ces cinq journées de compétition auront confirmé que l’Isère était digne d’accueillir un championnat du monde l’an prochain. Ses atouts ? Un débit régulé par un barrage – ce qui lui assure des niveaux d’eau constants de mai à septembre – et des zones de rapides exigeantes aux noms évocateurs, de « la machine à couper le jambon » au « dessert ». Bref, le spectacle était une nouvelle fois au rendez-vous !

M.L.