Première historique pour la Grande Odyssée Savoie Mont-Blanc ! Pour sa 13e édition, du 7 au 18 janvier, elle passe enfin en Tarentaise ! Pralognan-la-Vanoise et La Plagne en sont les deux étapes inédites, les 12 et 13 janvier. Pour Rémy Counil, directeur de l’OT de Plagne-Montalbert, hôte de la 6e étape vendredi prochain, c’est un formidable coup de projecteur pour la station.

actumontagne : La Grande Odyssée débarque pour la première fois en Tarentaise. Une belle reconnaissance pour votre station-village de Plagne-Montalbert ?

Rémy Counil : Oui, parce que Montalbert a toujours eu beaucoup d’affinités avec le milieu du traîneau à chien. Le musher Mathias Bernal est installé toute l’année dans la station, où il a son chenil. L’hiver, il initie les vacanciers de Montalbert, mais aussi des autres stations de La Plagne, au mushing et propose des baptêmes. L’été, la cani-rando prend le relais. La configuration de Montalbert se prête particulièrement bien à cette activité nordique avec son altitude de 1350 m. Sa situation à l’une des extrémités du domaine, idéale pour traverser le domaine de part en part, et son front de neige facile d’accès pour le public, sont des atouts pour la Grande Odyssée

actumontagne : Quelles sont les caractéristiques de cette étape plagnarde ?

R.C. : C’est une étape qui avoisine les 70 kilomètres, assez technique, et surtout très jolie, entre forêt et alpages. Les équipages vont explorer presque tout le domaine de La Plagne et rencontrer une grande diversité de paysages. Le parcours va les amener sur le haut de la piste de bobsleigh, les hauteurs de Montchavin jusqu’au Dérochoir, sous le glacier de Bellecôte. Si par moment, le tracé coupe des pistes de ski alpin et se rapproche des villages, il reste très sauvage.

Chiens de traineau sur le plateau de Longefoy l©Johanna Lanzerotti

actumontagne : Où faut-il se poster pour bien voir les concurrents ?

R.C. : Nous avons identifié une dizaine de zones spectateurs sur la totalité du parcours correspondant aux dix stations formant La Plagne. Les vacanciers de chaque station pourront ainsi parfaitement suivre la course. Certaines de ces zones sont accessibles à pied, comme le village de départ et d’arrivée de Montalbert ; d’autres, plus éloignées le sont à ski.

actumontagne : Quelles retombées attendez-vous de cet événement ?

R.C. : De la notoriété pour Montalbert, d’autant plus forte que c’est la première fois que la Grande Odyssée vient en Tarentaise. Cette course colle bien à l’identité de notre petite station familiale, bien intégrée dans son environnement et en phase avec le côté nature de cet événement très médiatique. Les spectateurs vont voir que la station est engagée dans une forte dynamique. Celle-ci s’est déjà traduite par la construction, l’an dernier, d’une télécabine grâce à laquelle les skieurs rejoignent les 2000 mètres d’altitude en 8 minutes. Il y a aussi un projet urbanistique de 900 nouveaux lits en résidences de tourisme 4 et 5 étoiles, réalisés dans les 3 à 4 ans à venir. Sans oublier, des animations et des événements toute la saison pour toute la famille.

Propos recueillis par Sophie Chanaron

 

- Advertisement -