Moins d’une semaine après un podium 100 % bleu-blanc-rouge aux X-Games, les Françaises ont remis ça en s’adjugeant les deux premières places de la 2ème étape de coupe du monde de skicross, hier aux Contamines-Montjoie. La création d’une équipe de France de la spécialité en début d’hiver n’est pas étrangère à cette belle réussite collective.

Voir Ophélie David monter sur le podium d’une course de skicross n’a rien d’étonnant. La skieuse de l’Alpe d’Huez en accumule 16 en coupe du monde, en comptant celui obtenu hier grâce à sa deuxième place aux Contamines. En revanche, Méryl Boulangeat n’était pas une habituée de la « boîte » jusqu’à ces derniers jours. Mais les choses évoluent vite pour la Tignarde, qui a signé dans la station haut-savoyarde sa première victoire en coupe du monde, seulement cinq jours après avoir décroché à Aspen la médaille de bronze des X-Games (derrière Ophélie David et une autre Française, Valentine Scuotto).

Cette démonstration de force collective actuelle est liée à la mise en place d’une équipe de France de skicross et de l’encadrement qui va avec, dans une discipline où les skieurs sont souvent livrés à eux-même au sein d’équipes privées montées par les fabricants de ski. « J’ai un contrat matériel avec la marque sur laquelle je skie, mais pas de technicien pour me préparer mes planches. En équipe de France, nous bénéficions d’un entraîneur, mais aussi d’un technicien et d’un kiné sur les courses », témoigne Lionel Dupont, l’un des douze coureurs (huit hommes et quatre femmes) de cette structure, mise sur pied à l’automne par la Fédération française de ski, qui avait anticipé sur l’arrivée du skicross au programme officiel des JO de 2010.

Un groupe qui vit bien

La création de cette équipe de France a notamment modifié le programme de préparation des athlètes. « Nous avons effectué près d’une dizaine de stages d’entraînements de quatre jours à l’automne. Nous avons aussi réalisé des tests physiques dans un centre spécialisé d’Annecy, afin d’établir un programme de musculation personnalisé. Avant la mise en place de ce groupe fédéral, chacun se débrouillait de son côté pour sa préparation », explique Lionel Dupont. L’apport est aussi matériel : « On a par exemple pu s’entraîner régulièrement avec des portillons de départ, ce qui n’était pas le cas jusqu’à présent. Je pense que ça a beaucoup compté dans ma victoire aux X-Games, où la configuration assez plate du parcours rendait le départ encore plus capital que sur une coupe du monde », estime Ophélie David.
La réussite de cette équipe de France découle également des effets positifs de la vie de groupe. D’après le coach Christophe Hermittan, « en s’entraînant régulièrement avec les garçons, les filles sont obligées de mettre plus d’engagement dans leur ski, et ça paye en course. De leur côté, elles apportent une certaine sérénité au groupe et c’est important. Il y a aussi beaucoup de dialogue et de solidarité entre tous ». Thomas Allemoz, le technicien de cette équipe, peut en témoigner : « Les coureurs et l’entraîneur n’hésitent pas à venir me donner un coup de main pour préparer les skis. Hier (jeudi), Christophe Hermitan est resté jusqu’à minuit avec moi, et il s’est levé à cinq heures ce matin pour racler le fart sur les semelles ». Quand tout le monde tire dans le même sens, la réussite ne peut qu’être au rendez-vous. Ça s’est encore vérifié ce vendredi aux Contamines-Montjoie.

Martin Léger

Les résultats
Messieurs : 1.Audun Groenvold (Norvège) 2.Thomas Kraus (Rép. Tchèque) 3.Eric Iljans (Suède)…6.Robin Lenel (France)…16.Antoine Galland (France)
Dames : 1.Méryl Boulangeat (France) 2.Ophélie David (France) 3.Katharina Gutensohn (Autriche)…10 Marion Josserand (France)…12.Valentine Scuotto (France)

 

[Mise à jour]

Analyse de la piste par Ophélie David et piste en caméra embarquée.