En tête dès le départ, le traileur triple vainqueur de l’UTMB François d’Haene gagne sans surprise la 7e édition de l’intégrale de L’Échappée Belle, traversée de part en part du massif de Belledonne. Avec un temps de 23 h 55 minutes, le coureur pulvérise le record de l’épreuve établi par Sébastien Gérard en 2016 de 27h26mn. Pour autant, celui qui a également remporté trois fois la Diagonale des Fous, a souligné la difficulté de ce trail entre Isère et Savoie. «  »Si on enlève les 15 premiers et les 10 derniers kilomètres, on est vraiment sur un parcours très très dur, très très technique…Une belle aventure et une belle traversée à découvrir ! », a-t’il commenté à l’arrivée. L’Échappée Belle ne pouvait rêver plus bel hommage et publicité !

Derrière lui, Rémi Berchet, après 29h04min de course, suivi de peu, à 11h42, par Joris Botton et Gautier Bonnecarrère.

Mélanie Rousset, première femme de l’Intégrale et 13e au scratch, chapeau ! ©Bruno Lavit/’L’Échappée Belle 2019

Mélanie Rousset est la première femme en 33h16mn, soit le 13e temps au scratch ! En tête tout du long chez les féminines, elle a même pointé au 5e rang… « Je prends tellement de plaisir sur les terrains là-haut que je me suis lâchée, sans réfléchir aux conséquences. Je me disais ce sera peut-être dur d’aller au bout mais tant pis », a-t-elle confié sur la ligne d’arrivée. « Au début, c’était beaucoup de plaisir et à la fin, c’était une torture ! ».

En duo, Luca Papi et Philippe Verdier terminent en 34h40min et établissent un nouveau record.

L’organisation indique qu’un coureur sur deux a terminé L’Échappée Belle intégrale, soit 275 finishers. Parmi les abandons, celui de Sébastien Chaigneau, contraint d’abandonner après une chute sur la première moitié du parcours.

Le podium masculin de L’Échappée Belle l’intégrale ©L’Échappée Belle

Photo de Une : Comme le veut la tradition, François d’Haene a fait retentir la cloche des finishers ©Thomas Vigliano