Lancée l’an dernier, la MB Race, épreuve marathon de VTT cross-country, disputée sur le domaine des Portes du Mont-Blanc, revient les 9 et 10 juillet pour sa deuxième édition. Si l’épreuve phare du week-end s’adresse à des sportifs entraînés, l’événement vise aussi d’autres types de vététistes, notamment les adeptes de la descente et les familles.

« Jusqu’où irez-vous ? », interroge en page d’accueil le site web de la MB Race. C’est effectivement la question qu’on peut se poser lorsqu’on voit les parcours proposés : 50 km avec 2300 mètres de dénivelé positif, 70 km (3400 mètres D+), 100 km (4800 m D+) ou 140 km et 6600 mètres de dénivelé positif ! « Nous voulons permettre aux adeptes du cross-country de se lancer un défi, de tester leurs limites », explique Julie Fantinato, coordinatrice de course de la MB Race. « L’originalité, c’est que les participants n’ont pas à choisir une distance avant la course. Ils partent tous ensemble de Combloux le dimanche matin à 6h, et tentent d’aller le plus loin possible, sachant que l’arrivée du 70 km est jugée à Megève, celle du 100 km à Praz-sur-Arly et celle du 140 km à Combloux.», précise Julie Fantinato.

Des organisateurs à l’écoute

 


La MB Race se décline aussi sous forme d’enduro – sorte de rallye au profil essentiellement descendant, alternant « spéciales » chronométrées et parcours de liaison – ou de randonnées (15 et 35 km) empruntant les randonnées mécaniques, afin d’éviter les montées trop difficiles. Sans oublier un village d’animation (à Megève le samedi, à Combloux le dimanche) avec des démonstrations de VTT trial, un big air bag pour tester les figures acrobatiques en toute sécurité, et des courses pour les enfants (MB Kids) ou pour les adeptes du boardercross urbain en VTT (MB Street).
Bref, les organisateurs de la MB Race veulent toucher un large public et sont à l’écoute des participants. « Nous avons apporté quelques évolutions aux épreuves après analyse des quelque 350 questionnaires qui nous ont été retournés l’an passé. Il y aura notamment plus de passage sur des « singles » (sentier étroit) sur l’enduro, et la suppression d’une descente trop dangereuse et d’une montée trop raide sur les épreuves marathons », promet Julie Fantinato.

Martin Léger

Retrouvez toutes les infos sur www.mb-race.com

©www.kodak-montblanc.com – Hugo Paget