De la belle équitation sur la piste, et une ambiance très conviviale en dehors, c’est le cocktail gagnant du Jumping international de Megève. Plus longue et toujours aussi bien dotée, la seconde édition se tient du 24 au 29 juillet. L’un des rendez-vous sportifs incontournables de l’été qui ravira même les non-cavaliers !

« Avec 25 000 visiteurs sur les cinq jours, dont beaucoup de néophytes, et la participation de douze nations, la première édition du Jumping international de Megève, CSI*** Groupe Edmond de Rotschild, est allée au-delà de nos espérances », confie Frédéric Muffat, co-organisateur de ce concours hippique qui fait l’unanimité. Tant du côté du côté des professionnels de l’équitation, cavaliers, entraîneurs et représentants des instances fédérales, que du côté des Mégevans, ravis que la tradition équestre locale se poursuive de si belle manière. « Grâce à une ambiance conviviale et décontractée- bien plus que celle qui prévaut en général dans les concours hippiques de ce niveau-, nous avons réussi à intéresser au-delà des seuls adeptes des sports équestres », constate Frédéric Muffat qui se félicite de la gratuité des épreuves, celle-ci ayant incontestablement favorisé le brassage des publics. « Ce concours est vraiment à part dans le circuit. Il facilite les échanges entre les différents milieux. J’ai été particulièrement touché de voir que les cochers des traîneaux de Megève conversaient facilement avec les grands cavaliers ».

30 épreuves contre 22

Pour la 2e édition, rallongée d’une journée, cette proximité entre les différents protagonistes est bien sûr de mise. Tout comme la volonté d’offrir le plus beau spectacle possible sur la piste que plus de 400 chevaux vont fouler en six jours. C’est à nouveau Frédéric Cottier, chef de piste international, qui a dessiné les parcours des épreuves, qui passent de 22 à 30 ! Quatre d’entre elles comptent pour le classement mondial des cavaliers, contre trois en 2011. De quoi là encore attirer de bons pilotes internationaux ! Autres nouveautés, un concours international pour les poneys, capables eux aussi de sauter des montagnes, et des épreuves pour les compétiteurs des circuits amateurs et clubs, qui ont fait très rare, l’opportunité de concourir dans la même arène que les pilotes chevronnés. Un sacré cadeau ! Enfin, dernière bonne nouvelle, les tribunes sont passées de 500 à 750 places pour répondre à l’engouement des spectateurs.


Frédéric Muffat et Pascaline Freiher-Scharapan

Inscrit dans la durée, le Jumping de Megève s’est placé pour l’instant dans la catégorie des concours internationaux trois étoiles. « Un très bon créneau car il cible les cavaliers en progression, ou les cavaliers de l’élite qui veulent aguerrir leurs plus jeunes chevaux « , juge le champion olympique de Séoul Pierre Durand, parrain de l’événement, et sa caution internationale. L’an dernier, le pilier de l’équipe de France, Michel Robert, le colombien René Lopez ou encore Jean-Marc Nicolas, nommé depuis coach de l’équipe chilienne, des habitués des plus grands rendez-vous mondiaux, étaient au départ du Grand Prix de Megève.

 

Cette année, Jeux olympiques de Londres obligent, il faut attendre le tout dernier moment pour connaître les noms de ses têtes d’affiche, mais pas de souci, il y en aura, l’épreuve mégevane ayant réussi avec brio son entrée dans le circuit du haut niveau.

Sophie Chanaron