Passionné de sport et habitant à Arêches-Beaufort où il est commerçant, Fabien Eymonerie est venu tout naturellement au trail. Directeur de course de la Pierra Menta EDF Été, du 30 juin au 2 juillet, le trésorier du club multisport, est l’un des principaux artisans du développement de ce sport dans la station du Beaufortain, devenue en cinq ans, l’une de ses destinations phares dans les Alpes. Interview.

actumontagne : De nouveaux parcours trails cet été à Arêches-Beaufort ?
Fabien Eymonerie : Non ! Avec 13 itinéraires et deux montées sèches balisées, notre offre, initiée en 2013, est aujourd’hui conséquente. Nous n’avons pas l’intention d’entrer dans la course aux kilomètres ! Notre volonté est désormais d’entretenir les itinéraires existants -cinq personnes sont dédiées à cette tâche de mai à octobre-, et de les faire vivre.

Actumontagne : Comment ?
FE :  Par le biais d’événements et d’animations. Historiquement, le Club Multisport d’Arêches-Beaufort (CMSB) a commencé à organiser des montées sèches l’été, en complément l’Ultra-Trail du Beaufortain (22&23 juillet) et de la Frison-Roche (5 août) qui existaient depuis plusieurs années. Cet été, ces montées sèches sont au nombre de trois (16 & 30/7, 27/08). Puis, il y a trois ans, nous avons créé la Pierra Menta Été, une épreuve par équipe, réservée aux personnes qui ont bien le pied montagnard. Gros succès. Les inscriptions à l’édition 2017 (30 juin-2 juillet), ont été closes en 1 heure et 4 minutes ! Il y a aussi la Semaine du trail (29/07-5/08) pour s’initier ou se perfectionner, des courses pour enfants (1er/07, 2/08, 22/08). Tout l’été, les gens peuvent aussi faire appel à des professionnels, comme 5e Élément ou des coachs trail indépendants.

Des passages très aériens pour la Pierra Menta été ! ©Christophe Angot

Actumontagne : Vous proposez cet été des rendez-vous running. De quoi s’agit-il ?
FE : Je lance en effet avec mon magasin (ndlr : Magasin Montagne en face de l’OT) deux sorties de course à pied par semaine, à destination des personnes qui sont seules à pratiquer le trail dans leur entourage. C’est totalement gratuit, l’idée étant de permettre aux gens de trouver des partenaires de trail et des idées d’itinéraires. La première est programmée le lundi matin à 7 heures. Il s’agit d’un petit jogging de 30 à 40 mn. La deuxième est fixée au jeudi soir à 18h30 et consiste en une séance d’une heure trente sur l’un des parcours trail de la station.

Actumontagne : Un itinéraire de trail facile et un autre plus engagé à recommander à nos lecteurs ?
FE : Le tour de la Roche Parstire (2109m), long sommet au-dessus du village qui surplombe le lac de Roselend, d’où l’on a l’impression de toucher le mont Blanc. Un très bel itinéraire, dont les chemins sont plutôt faciles, et qui amène vite en altitude. Très emblématique du Beaufortain. Comptez entre 1heure trente et 2 heures selon son niveau. Pour les trailers entraînés, la Pointe de la Grande Journée (2460m). Un itinéraire de 1500 mètres de dénivelé, d’une vingtaine de kilomètres, qui permet de surplomber Albertville, avec plusieurs passages très aériens. Une impression de haute montagne. Comptez 4 heures si vous courez beaucoup, jusqu’à 7 heures si vous marchez principalement.

Fabien Eymonerie, le trail dans la peau !

Actumontagne : Comment qualifieriez-vous l’offre trail  d’Arêches ?
FE : Par rapport à d’autres terrains de jeu, le Beaufortain est un territoire de moyenne montagne ce qui permet de commencer la pratique plus tôt au printemps et de finir plus tard à l’automne. Mais, contrairement au Jura par exemple, il s’agit d’une moyenne montagne raide, comparable à la haute montagne, avec de nombreux parcours sur arêtes. Avec Les Saisies, nous mettons en avant à l’échelle du massif, la diversité de notre offre. Elle compte aussi bien des parcours faciles, orientés loisirs et famille que des parcours à forts dénivelés, partant de 700 mètres d’altitude à Beaufort, jusqu’à 2600 mètres. Diversité de l’offre qui présente par ailleurs une grande qualité paysagère : alpages, forêts, lacs et  le mont Blanc en toile de fond.

Actumontagne : Le trail génère-t-il des séjours sur la station ?
FE : De plus en plus. Au début, les socio-pros n’y croyaient pas trop. Mais la pratique explose, même en plein hiver, et se démocratise aussi. Dans mon magasin de sport, je constate que les ventes de topos trails doublent chaque année. Et depuis 7 ans que j’ai ce magasin, j’ai vu le rayon des chaussures de trail prendre l’avantage sur le reste l’été. Au départ, j’avais deux modèles de baskettes de montagne, aujourd’hui elles représentent 90% de mon rayon de chaussures !
Propos recueillis par Sophie Chanaron

©Clément Buttin

 

- Advertisement -