La promotion touristique et événementielle des Sept-Laux, du Collet-d’Allevard, de Saint-Hilaire-du-Touvet et du col de Marcieu relève désormais de la compétence de l’office de tourisme communautaire du Grésivaudan, territoire entre Grenoble et Chambéry. Créé l’an dernier, il a pour mission de booster la notoriété de ces destinations montagne au potentiel quatre saisons, situées dans Belledonne et en Chartreuse. Les explications d’Alexandre Chalencon, le directeur de l’OT communautaire.

Actumontagne : La communauté de communes Le Grésivaudan mise sur le tourisme et les loisirs pour diversifier l’économie de son territoire. Comment cela se traduit-il ?
Alexandre Chalancon : Depuis la mise en application de la loi NOTRe, la communauté de communes Le Grésivaudan a en charge la promotion du tourisme. Dans ce cadre, les élus communautaires ont décidé de mener une politique ambitieuse en faveur de ce secteur d’activité. Ils ont ainsi adopté un schéma de développement du tourisme et des loisirs pour établir une stratégie à dix ans, qui sera déclinée en actions concrètes : création ou modernisation d’infrastructures, diversification de l’offre, promotion des différentes destinations touristiques.

 

Alexandre Chalencon, directeur de l’office de tourisme communautaire du Grésivaudan ©Actumontagne

Actumontagne : Dans ce dernier domaine vous disposez d’importants moyens pour assurer dès cet hiver la promotion des stations ?
AC : La communauté de communes s’est effectivement engagée à renforcer les moyens de communication touristique de ses destinations. Avant la fusion des offices de tourisme, le budget annuel alloué à la promotion avoisinait le million d’euros. En 2018, il est passé à 1,3 million d’euros. Ainsi, cet hiver, ce sont 110 000€ que nous consacrons à la promotion de nos quatre stations. Celle-ci se décline en achat d’espaces publicitaires dans la presse, de l’affichage dans les agglomérations grenobloises, chambériennes et dans la vallée du Grésivaudan pour cibler la clientèle de proximité, très présente dans nos destinations. Nous investissons aussi le digital, les réseaux sociaux, le web, et aussi beaucoup les relations presse pour viser une clientèle plus large et générer des séjours sur notre territoire. Nous menons également des chantiers à plus long terme, en lien avec les socio-professionnels et Isère Tourisme notamment.

Glisse ludique au Col de Marcieu ©Bruno Lavit

Actumontagne : Que mettez-vous en avant pour chacune des quatre destinations ?
AC : Pour Le Collet d’Allevard, c’est clairement le ski nocturne, d’autant que cet hiver, le kilométrage des pistes éclairées augmente. Et cela même si bien sûr, les clients peuvent venir et s’amuser en journée ! Les 7 Laux, c’est la station multiglisses par excellence, ski alpin, ski nordique, snowpark et glisse ludique avec la luge sur rail du Pleynet et ou encoore une nouveauté cette saison, l’équipement de modules pour s’amuser sur la piste de la Souchette, côté Prapoutel. Le Col de Marcieu, qui fête ses 50 ans, est le royaume des activités ludiques pour les enfants (et les parents !). Un positionnement réussi puisqu’en quinze ans, son chiffre d’affaires annuel est passé d’environ 20 000€ à 180 000€. Enfin, Saint-Hilaire-du Touvet est une station familiale, accessible, notamment financièrement. C’est important que la glisse soit accessible au plus grand nombre.

Propos recueillis par Sophie Chanaron

2,3M€
C’est le montant de l’enveloppe financière allouée par la communauté de
communes Le Grésivaudan aux projets de développement touristique en 2019. De 2011 à 2016, le montant total des subventions s’élevait à 800 000€. Parmi les bénéficiaires, la SEM des 7 Laux pour les aménagements de la piste de la Souchette et le réseau de neige de culture ou la rénovation du grand chalet d’Uriage dont l’exploitation a été confiée au chef Christophe Aribert.

Grand ski aux 7Laux ©OT Les 7Laux/NLouna
2,3M€

C'est le montant de l'enveloppe financière allouée par la communauté de communes Le Grésivaudan aux projets de développement touristique en 2019. De 2011 à 2016, le montant total des subventions s'élevait à 800 000€. Parmi les bénéficiaires, la SEM des 7 Laux pour les aménagements de la piste de la Souchette et le réseau de neige de culture ou la rénovation du grand chalet d'Uriage dont l'exploitation a été confiée au chef Christophe Aribert.