Pour la première fois de son histoire, Megève, haut lieu du ski alpin et du ski de bosses, va accueillir, les 14, 15 et janvier prochain, une étape de la coupe du monde de skicross. Présentation de l’épreuve par le skicrosseur mégevan Thomas Domenach, qui espère bien être au départ de cette compétition internationale qui se déroule à domicile !

actumontagne.com : Peux-tu nous résumer ton parcours ?
Thomas Domenach : J’ai commencé par le ski alpin au club des sports de Megève, et j’ai participé à quelques courses de coupe d’Europe en descente et super-g. En parallèle, en 2008, j’ai débuté le skicross, où j’ai couru un an en coupe d’Europe, avant de me diriger sur le circuit NorAm (l’équivalent de la Coupe d’Europe, en Amérique du Nord). J’ai terminé troisième de ce circuit en 2011 et cinquième en 2012. A mon retour, j’ai intégré Continental Finance, la structure montée par Ophélie David (sept fois lauréate de la coupe du monde de skicross, ndlr). J’espère bien disputer l’épreuve de Megève car sur les étapes à domicile, l’équipe de France a deux fois plus de place pour ses skieurs (ndlr : Thomas, qui était au départ de l’étape de Val Thorens, ne saura que quelques jours avant l’étape des Contamines-Montjoie -10-12/01- s’il est retenu par la FFS pour l’étape mégevane).

actumontagne.com  : Qu’est-ce qui a selon toi permis à Megève d’obtenir une étape de coupe du monde de skicross ?
Thomas Domenach : Megève a toujours été reconnue pour l’organisation de grandes épreuves internationales, qu’il s’agisse de coupes d’Europe de ski alpin ou plus récemment les finales de la coupe du monde de ski de bosses (en mars 2012). De plus, même si nous n’avons pas de section skicross dédiée, le président du ski club, Alain Delmas, a toujours aimé cette discipline, tout comme Gilles David, l’ancien responsable de la section freestyle au club des sports et son successeur Richard Gay (médaillé de bronze en ski de bosses aux JO 2002). La commune s’est aussi largement mobilisée, notamment en la personne de Lionel Burille.


actumontagne.com : Peux-tu nous présenter la piste qui accueillera l’épreuve ?
Thomas Domenach : Il s’agit de la piste de descente de la Cote 2000 (qui sert pour les courses internationales de ski alpin), avec une arrivée sur le mur ayant servi de cadre à la finale de la coupe du monde de ski de bosses en mars dernier. C’est une piste complète, avec des parties raides, planes ou en dévers, et surtout des mouvements de terrain permanents. Les portions de glisse seront importantes, notamment sur la partie haute, où les gros gabarits (en particulier les Canadiens) seront avantagés. Mais le bas de la piste devrait être plus technique, et permettra des dépassements pour les skieurs plus fins, ce qui devrait être favorable aux Européens. Si les traceurs décident de mettre un gros saut avant l’entrée dans le mur d’arrivée, ça devrait être très spectaculaire. Je fais confiance à Richard Gay pour cela !

Propos recueillis par Martin Léger

- Advertisement -