Partez en famille explorer le site classé des lacs des Petites Rousses ! Ils scintillent dans un paysage alpin de carte postale facilement accessible depuis Oz-en-Oisans, grâce au coup de pouce des télécabines en service. À une heure de marche de la gare d’arrivée de l’Alpette, le refuge de La Fare et sa délicieuse tarte aux myrtille !

Ils sont cinq lacs tel un chapelet à s’égrainer sur un vaste balcon subalpin compris entre 2015 et 2060 mètres d’altitude, juste au-dessus de la vallée de l’Eau d’Olle. Du nord au sud de cette zone de 200 hectares se succèdent le lac Carrelet, le lac Lamat, le lac de Faucille, le lac Noir et le lac Besson, alimentés par la fonte des glaciers du massif des Rousses. Ces bassins naturels entourés de tourbières et de rhododendrons présentent chacun une couleur différente : vert soutenu pour le premier, ébène pour le bien nommé lac Noir, ou encore transparente pour le lac de la Faucille. Ils font partie d’un secteur où la biodiversité est exceptionnelle, d’où son classement patrimoine naturel depuis 1991. Un lieu de randonnée pédestre et VTT ou encore de pêche de premier plan. Mais vulnérable. Aussi en l’arpentant, restez bien sur les sentiers pour ne pas porter atteinte à toute une flore et une faune pas forcément visibles à l’œil nu !

Les lacs des Petites Rousses, la rando famille par excellence ! ©Bruno Longo

Des lacs d’altitude très accessibles

Car effectivement, le plateau des lacs des Petites Rousses est très accessible. En seulement 15 minutes depuis Oz-en-Oisans, via les télécabines de Poutran ou de l’Alpette, vous atteignez cet environnement typique des Alpes. Un atout pour les familles et éviter aux plus jeunes ou aux moins marcheurs les 650 mètres de dénivelé un brin raides de l’ascension depuis le centre de la station.


Plusieurs options une fois débarqué sur le plateau : le circuit du tour des lacs qui longe en fait ceux du Carrelet, de la Faucille et de Besson. Comptez 2h30. Moins long, depuis l’arrivée de la télécabine de l’Alpette, la petite randonnée jusqu’au petit refuge de la Fare, perdu à près de 2300 mètres d’altitude dans les alpages. De là, vue panoramique sur le massif de Belledonne. Plus ancien refuge de l’Oisans, il a rouvert cette saison. A sa table, des produits locaux et en grande partie bio. Les gourmands commanderont la tarte aux myrtilles, mais attention, pour être sûr qu’il en reste à votre arrivée, un bon conseil, réservez votre part (06 31 65 08 04) ! Les gardiens proposent aussi des animations : randonnées thématiques, apéro au soleil couchant, récits, initiation à l’escalade. De bonnes raisons de prolonger votre passage ou de revenir passer la nuit dans cet hébergement d’altitude de douze couchages. Nuit calme assurée !
Sophie Chanaron