Saint-Gervais revendique haut et fort son identité de station de ski. Porte d’entrée ouest du domaine Evasion Mont-Blanc, 3e domaine skiable français, celle qui a fourni plusieurs grands champions à l’équipe de France, offre un ski très varié et pour tous les niveaux. A (re)découvrir d’urgence !

Hormis pour les connaisseurs et les gens de la vallée, quand on pense sports d’hiver, et ski alpin en particulier, le nom de Saint-Gervais-Mont-Blanc n’est pas cité spontanément. Pour le touriste lambda, cette station « non skis aux pieds », relève davantage de la ville à la montagne que de la station de ski. L’engorgement de son bourg, qui a rendu des années durant l’accès difficile à la télécabine menant au domaine skiable, a sans doute accentué cette perception.

Profitant de la mise en service cet automne du pont de contournement du centre de la commune, la destination touristique haut-savoyarde a décidé de se rappeler aux bons souvenirs des amateurs de glisse existants ou à venir ! « La station est l’une des portes d’entrée d’Evasion Mont-Blanc*, 3e domaine skiable français avec 445 km de piste », souligne Didier Josephe, le nouveau directeur de l’office de tourisme. «C’est une station de ski familiale qui offre du ski pour toutes les pratiques et tous les niveaux. Son point culminant dépasse les 2500 mètres d’altitude». Et de rappeler que sa fameuse piste des Chattrix a accueilli plusieurs coupes du monde jusqu’en 1992. Toujours homologuée, elle a servi de piste d’entraînement aux meilleurs skieurs de la planète à l’occasion du Kandahar. «A Saint-Gervais, il existe une vraie culture du ski que nous voulons revaloriser».

Pépinière de champions
La station compte notamment l’un des ski-clubs les plus importants de Haute-Savoie. Une structure en plein développement, dont sont sortis de grands champions tricolores de la discipline : Claude Penz, vainqueur du slalom du Kandahar en 1947, sélectionné aux JO de Saint-Moritz, son fils Alain, double vainqueur de la coupe du monde en 1969 et 1970, et cinq victoires dans le circuit en slalom et en géant, ou encore Florence Steurer, médaillée olympique de bronze en slalom à Sapporo en 1972 « Et la relève est là, avec Yann Dumax-Baudron, membre de l’équipe de France de ski freestyle (skicross), qui s’est fait remarquer en coupe du monde avec 3 top 20 à son actif, ou encore la jeune Pauline Tilloy, très prometteuse en snowboardcross », poursuit le directeur de l’OT.

Saint-Gevais qui abrite sur ses terres le mont Blanc, compte sur d’autres cartouches pour se repositionner sur le grand ski. Et notamment, sur ses nombreux itinéraires hors piste. L’un des musts, cette descente de plus de 1000 m de dénivelé depuis l’Epaule du mont Joly jusqu’à Saint-Nicolas-de-Véroce. «Pendant plusieurs années, la station a mis en avant la diversité des activités qu’elle offre. Un atout touristique incontestable mais qui ne doit pas nous faire abandonner nos fondamentaux, dont le ski alpin fait partie », martèle Didier Josephe, rappelant que le ski reste la motivation numéro un des vacances à la neige.
Sophie Chanaron

* Saint-Gervais, Megève, Les Contamines-Hauteluce, Combloux, La Giettaz

 

- Advertisement -