Qu’on se le dise : on skie encore – et très bien – au printemps à Val d’Isère, l’une des stations françaises qui prolonge le plus le plaisir de la glisse, jusqu’au 1er mai inclus. Stéphanie Durbin, chargée de communication à l’office du tourisme, nous dévoile les atouts de la station de Haute-Tarentaise aux beaux jours.

Actumontagne Savoie Mont-Blanc : Pourquoi venir skier à Val d’Isère au printemps ?
Stéphanie Durbin : Les gens ont parfois des préjugés quant au ski de printemps : il y aurait moins de neige, elle serait moins bonne… Pourtant, on a tout à y gagner ! Il fait beau, il y a moins de monde sur les pistes (le taux de remplissage de l’ensemble des hébergements marchands oscille entre 30 et 40 %, contre 60 à 70 % en février). Comme nous sommes haut en altitude (le domaine skiable se trouve entre 1850 et 3250 m d’altitude sur Val d’Isère, et monte même jusqu’à 3456 m côté Tignes), l’enneigement est garanti, même en fin de saison. Simplement, on s’organise un peu différemment qu’en plein hiver : on skie davantage le matin, et on profite d’une ambiance festive et des animations l’après-midi. Le printemps est aussi une période idéale pour le ski de randonnée. Un autre avantage, ce sont les prix, moins élevés que le reste de l’hiver.

Au printemps, on skie le matin, on bronze l’après-midi ! © Andy Parant

ASMB : Justement, proposez-vous des offres spéciales ski de printemps ?
S.D. : Oui. Pour tout séjour compris entre le 20 et le 28 avril, via notre centrale de réservation (au choix : meublés, appartements, chalets ou hôtels), les forfaits de ski 6 ou 7 jours sont à moitié prix. Soit par exemple 147 € au lieu de 294 € le forfait 6 jours adultes, avec une entrée gratuite à la piscine du centre aquasportif.  Nous reconduisons aussi notre offre Val d’Isère Snow Express, du 25 au 28 avril. Il s’agit d’un long week-end tout compris au départ de Paris, avec le transport en TGV (de la gare de Lyon jusqu’à Bourg-Saint-Maurice), la navette en bus entre Bourg-Saint-Maurice et Val d’Isère, l’hébergement trois nuits, le forfait de ski trois jours, ainsi qu’une entrée à la piscine du centre aquasportif et l’accès aux festivités (street et closing parties, avec un package Folie Douce en option). Cette offre est limitée à 500 personnes (soit la capacité du TGV affrété spécialement par la station) et démarre à 278 euros par personne en appartement ou 347 euros en hôtel deux étoiles.

Stéphanie Durbin, chargée de communication à l’office du tourisme de Val d’Isère © DR

ASMB : Le programme d’animation est chargé, y compris au printemps…
S.D. : Oui. Parmi les événements emblématiques de la fin de saison, nous avons la Scara (2 au 5 avril) l’une des plus renommées compétitions de ski alpin pour les 12-15 ans, avec plus de 1500 concurrent(e)s représentant 32 nations, qui s’affronteront sur la piste « OK ». Nous avons aussi le 23ème Festival International du Film Aventure et Découverte (du 15 au 18 avril) ou la finale du concours de macaron amateur le 27 avril (avec Patrick Chevallot – meilleur ouvrier de France et propriétaire d’une pâtisserie-boulangerie à Val d’Isère – dans le jury). Sans oublier un « closing » très festif le dernier week-end d’avril (avec de nombreux concerts et DJ’s), des concerts gratuits tous les mardis sur la place de l’office du tourisme. Il y a en général au moins une animation par jour en fin de saison.

Propos recueillis par Martin Léger

Photo de une : Soleil et neige molle, c’est le cocktail gagnant du printemps à Val d’Isère © Andy Parant

© Andy Parant
Quoi de neuf sur le domaine skiable ?

La nouveauté majeure de l’hiver sur les pistes, c’est le remplacement de l’ancienne télécabine de la Daille par la Poma Symphony 10, un appareil ultra moderne pourvu d’une cabine VIP 4 places et de 50 cabines 10 places (au lieu de 4 places auparavant) avec sièges chauffants, vue panoramique et porte coulissante. Le temps de montée est réduit de moitié (désormais 4 minutes 30) et le débit triplé (2800 personnes/heure au lieu de 933). A noter aussi que l’emblématique téléski des 3000 (construit en 1962, mais délaissé depuis 2011), reprend du service cet hiver, après avoir été réhabilité. Il permet de passer du secteur de Solaise à celui du Fornet en franchissant la crête des Leissières.