Rendez-vous européens des sports alternatifs et extrêmes, les deuxièmes Tignes Airwaves (compétition de sports de montagne alternatifs et extrêmes) se tiennent dans la station savoyarde, du 9 au 13 janvier prochain. La crème mondiale des riders y est attendue.

Manifestation pluridisciplinaire, les Tignes Airwaves sont une vitrine exceptionnelle du ski freestyle (halfpipe, slopestyle, skicross), du snowboard, du VTT sur neige ou encore du motocross freestyle. Pour la seconde édition de l’événement, le ski freeride fait son apparition. Autre nouveauté : des démonstrations des "soul flyers", une pratique qui allie base-jump et vol au ras de la neige à l’aide de combinaisons ailées. Sans oublier un concert un peu particulier, puisque les musiciens joueront au sommet d’un quarter pipe sur lequel les freestylers viendront réaliser les figures les plus folles.
Tignes Développement, organisateur de l’événement, n’a pas lésiné sur les moyens. Le budget total de l’événement dépasse le million d’euros. La dotation globale que se partageront les 150 riders invités s’élèvera elle au minimum à 105 000 €, contre 75 000 € l’an passé. L’organisation mobilisera pas moins de 200 personnes (membres de l’office du tourisme, de l’ESF, de l’UCPA…). A noter que toutes les compétitions sont gratuites pour le public.
Pour chaque épreuve, les organisateurs font appel à des consultants prestigieux : Fabien Cattanéo (ancien entraîneur de l’équipe de France de ski freestyle) pour le slopestyle, le triple champion du monde de ski freeride Manu Gaidet, Enak Gavaggio pour le boardercross, Karim Amour pour le VTT ou encore Jean-Michel Bayle pour le motocross. Autant dire que les tracés de chaque discipline seront à la hauteur et que le plateau sera lui aussi de qualité. Parmi les têtes d’affiche annoncées (le plateau définitif sera connu fin décembre), citons Laurent Favre, Mathias Wexcsteen et Jon Olsson en ski freestyle, Gary Zebrowski et Matthieu Crépel en snowboard, Enak Gavaggio en skicross, Manu Gaidet en freeride, Karim Amour en VTT… Que du beau monde, quoi !

Martin Léger