Les Deux Alpes accueillaient le week-end du 4 et 5 novembre, le Mondial du ski. Cette 9ème édition a une nouvelle fois fait le plein, avec 9100 passages enregistrés aux remontées mécaniques et 5543 tests de ski réalisés. Récit d’une journée passée au cœur de cet événement incontournable du début d’hiver.

Samedi 4 novembre, 7h du matin. Sur le chemin de la boulangerie, je croise Marc et Julien, qui sortent complètement frigorifiés de leur Clio. « Cette année, notre budget est un peu serré, alors on dort dans la voiture pour faire des économies ». Qu’ils soient venus avant tout pour skier – comme ces deux étudiants palois – ou plutôt pour faire la fête, nombreux sont ceux qui ne rateraient pour aucun prétexte le Mondial du ski.
9 h. J’arrive au village des tests, installé au pied du glacier, à 3200 mètres d’altitude. C’est l’endroit idéal pour découvrir les nouveautés de l’hiver à venir, comme les masques photochromiques de Bollé. « Les verres changent de couleur pour s’adapter à la luminosité. Il faut 9 secondes pour passer d’une teinte claire à une teinte foncée, alors que l’opération inverse prend une minute », m’explique Nicolas Fosset, commercial de la marque de lunettes.
Je me dirige ensuite vers le stand Rossignol pour y emprunter des Radical R11 Mutix. Signe particulier de ces skis? Ils sont fournis avec des bras amovibles en composite (voir photo) qui se fixent devant et derrière les fixations, afin de modifier la rigidité du ski. Equipé de bras courts, le ski a un rayon de courbe de 11 mètres, ce qui en fait un véritable engin de slalom. Avec des bras longs, il se transforme en ski de géant (rayon de 15 m).

 

Grosse ambiance pour le show freestyle

Quelques descentes et un tajine – frites plus tard, me voilà de retour au village des tests. En me promenant dans les allées, je découvre quelques marques de skis méconnues. A l’image d’Amplid, née au début de l’hiver 2005-06, spécialisée dans le freestyle et le freeride. « C’est la première fois que nous venons au Mondial. Lors de la première journée, nous avons déjà eu une dizaine de demande d’achat de nos produits », se réjouit Habib Abou-Samra, son distributeur en France. De quoi largement rentabiliser l’investissement : la location d’un demi-stand sur ce Mondial a coûté 550 € à Amplid (il fallait compter 1100 € pour un stand entier).

19h30, piste des Lutins, à la station. La journée s’achève par le Rossignol Century Contest, une compétition rassemblant quelques-uns des plus grands freestylers mondiaux, comme le Canadien Charles Gagnier ou le Norvégien Andreas Hatveit. Pour les juger, on retrouve Tanner Hall et Laurent Favre, soit les médaillés d’or et d’argent en halfpipe lors des derniers X-Games !

Le spectacle est à la hauteur du plateau : pendant une heure et demie, tous ces riders enchaînent les 270° to rail et autres switch cork 1080° dans une ambiance électrique. De quoi réchauffer Marc et Julien avant leur deuxième nuit dans la voiture…