D’une quarantaine de participants lors de sa création en 2004, la Gorzderette a atteint cette année, à l’occasion de son dixième anniversaire, le chiffre record de 524 concurrents ! Un engouement qui confirme le succès de cet événement décalé créé autour de la Tour de glace de Champagny-le-Haut, mais qui propose aussi de multiples épreuves sportives et/ou loufoques, dans une ambiance toujours détendue… Reportage.

Mario Bros. Un poulet géant. Un dinosaure en peluche. Des coureurs cyclistes, avec les cuissards qui vont bien. Un tutu de danseur étoile. Des perruques rose fluo. Des tenues napoléoniennes… On pourrait faire un véritable inventaire à la Prévert des déguisements qui fleurissent chaque année sur la Gorzderette, dont le nom signifie « derrière les gorges » en patois local. Ces gorges, ce sont celles qui séparent Champagny-le-Bas (d’où partent les remontées mécaniques qui permettent de rejoindre le domaine de ski alpin de la Grande Plagne) et le vallon sauvage de Champagny-le-Haut, qui abrite un magnifique site de ski de fond. Ce vallon est un véritable frigo, la faute à la quasi-absence de soleil à cette époque de l’année (à peine une heure par jour !). Pour cette dixième édition, la température est encore descendue à moins 16 degrés, à l’occasion des traditionnelles démonstrations nocturne d’escalade sur glace, complétées cette année par de la higline, autrement dit de la slackline à une dizaine de mètres au-dessus du sol.

 

Est-ce ce climat polaire qui rend si déjantés les participants à la Gorzderette ? On serait tentés de répondre par l’affirmative, surtout quand on entend  Sissi et Zaza (équipe n° 151) déclarer que « ce qu’[ils] aiment à la Gorzderette, c’est se rouler dans la paille » (celle installée au milieu du parcours de « snowboard de fond », une épreuve loufoque proposée depuis l’année dernière), ou encore Michaël, Julie et Fabien (équipe des « GUC Power Lapins ») affirmer que leur préparation, « c’est génépi le soir, et encore génépi au petit déj’ »…

1500 participants en dix ans

La Gorzderette ne se réduit toutefois pas à un apéro géant. Elle propose certaines épreuves qui peuvent être vraiment sportives et/ou techniques si on choisit de les faire à fond, à l’image de la course de luge à foin ou de l’escalade sur glace. « En même temps, on se débrouille toujours pour que l’ensemble des épreuves restent accessibles à tous. Et même s’il y a des compétiteurs très forts en escalade sur glace, ils ont bien compris que ce qui compte ici, c’est avant tout de s’amuser », précise Dominique Mouchené, l’organisateur de la Gorzderette.

Ce mélange entre débutants et compétiteurs de haut niveau, dans une ambiance détendue, est sans doute la principale explication du succès grandissant que connaît cette manifestation. « Nous attirons beaucoup de personnes du bassin grenoblois, et plus généralement de la région Rhône-Alpes. Mais nous avons aussi des Parisiens, des Jurassiens, des Suisses, des Belges et même un Espagnol. Il y a bien sûr de nombreux habitués de l’événement, mais un renouvellement régulier, qui concernait environ un tiers des effectifs. Depuis le début, nous avons environ 1500 participants qui ont participé au moins une fois à la Gorzderette », précise Dominique Mouchené. On est loin du rassemblement presque confidentiel des débuts, mais l’état d’esprit, lui, est resté le même. Pourvu que ça dure…

Martin Léger

- Advertisement -