Pour la deuxième fois de son histoire (après 2005), Villard-de-Lans accueille samedi 18 et dimanche 19 mai le raid O’Bivwak, plus importante compétition de course d’orientation en France avec près de 2200 participants attendus.

Une course d’orientation sur deux jours, avec un grand bivouac en pleine nature où l’ensemble des concurrents se retrouve le soir, c’est le principe du raid O’Bivwak, l’une des quatre épreuves du championnat de France de raid d’orientation, et incontestablement la plus importante. En effet, ce raid a été créé en 1982 par la ligue Rhône-Alpes de course d’orientation. Il change chaque année d’endroit, en restant toutefois à l’intérieur de la région Rhône-Alpes.

© Cyril Crespeau
Avec pas moins de huit parcours proposés, il y en aura vraiment pour tous les niveaux. Les circuits les plus faciles font 30 km et 600 mètres de dénivelé positif (en deux jours), et ne présentent pas de difficultés particulières. « Généralement, les balises vont être disposées à des endroits assez évidents, comme un carrefour de deux chemins », précise le directeur de course, Jean-Philippe Stefanini. A l’inverse, le parcours « ultra » – 75 km et 1200 km de dénivelé positif, soit 7 à 12h de course – s’adresse à des compétiteurs avertis. Mais ces derniers ne sont pas forcément la cible prioritaire des organisateurs. « Nous tenons énormément à la dimension populaire de l’épreuve, c’est pourquoi nous essayons vraiment de proposer des parcours adaptés à chaque profil et à chaque niveau. Notre principal succès, c’est d’avoir chaque année 80 % des inscrits qui sont non-licenciés, et aussi d’avoir 50 % de renouvellement des participants d’une année sur l’autre », indique Jean-Philippe Stefanini.
Pour davantage de convivialité, la course se dispute par équipes, de deux ou trois concurrents selon les circuits. D’après le directeur de course, il est aussi important de courir en équipe « parce que la course d’orientation demande beaucoup de concentration. Il est donc important de savoir se relayer sur la lecture de carte. Il est primordial de pouvoir se relâcher la tête, ce qui implique de pouvoir compter sur son partenaire ».

© Cyril Crespeau
Contrairement à la course d’orientation classique, pour laquelle les circuits sont tracés d’abord en fonction de la difficulté technique recherchée, le raid d’orientation se construit aussi beaucoup sur des choix d’itinéraires. « Il y a une vraie volonté de faire découvrir un territoire. C’est pourquoi les parcours que nous avons imaginés cette année sont très différents de ceux qui avaient été utilisés en 2005, lors de la dernière édition du raid O’Bivwak qui s’était déroulée à Villard-de-Lans. Il y a aussi une volonté de la station de développer les sports outdoor. C’est pourquoi, par rapport à 2005, nous avons procédé à près de 40 % d’extension des cartes utilisées », explique Jean-Philippe Stéfanini.
© Cyril Crespeau

Si les inscriptions au Raid lui-même sont closes, vous pourrez vous inscrire sur place, le samedi ou le dimanche, à un mini-raid, accessible sur une demi-journée. Les départs sont libres entre 13h30 et 17h le samedi et entre 8h et 10h30 le dimanche, avec trois parcours au choix : court (3 km), moyen (5 km) ou long (10 km). Sachez aussi que deux séances d’initiation à la course d’orientation seront proposées, vendredi de 18h à 20h et samedi de 8h30 à 10h30.
Retrouvez toutes les infos sur l’épreuve sur www.obivwak.net, et sur la course d’orientation en Isère sur http://cdco38.free.fr

Martin Léger

Photos : Cyril Crespeau

- Advertisement -