La Buffe, clin d’œil au sommet éponyme voisin, est l’un des hôtels emblématiques d’Autrans. A sa tête depuis 37 ans, Régis Aribert et son épouse Christiane en ont fait une adresse très prisée du Vercors, avec sa table gastronomique et ses séjours tout compris. L’établissement propose  désormais des prestations autour du bien-être. Ici aussi on est tendance !

 Hôtelier-restaurateur depuis bientôt 40 ans, Régis Aribert est un enfant du sérail ou presque. Issu d’une famille d’agriculteurs de Corrençon-en-Vercors, ce «  Vertaco » pur souche a hérité de son grand-père le goût des produits du terroir, et de son père, boulanger-pâtissier, un excellent palais. Pas étonnant que sa table soit très appréciée pour sa finesse et son authenticité. Les produits de son Vercors natal sont évidemment en bonne place dans les assiettes bien garnies qui régalent grands et petits. Parmi les classiques de Régis Aribert, les cassolettes de queues d’écrevisses, le civet de lapin ou encore le gratin à la crème du Vercors. Un délice que les papilles ne sont pas prêtes à oublier ! Cette passion pour la cuisine, l’hôtelier-restaurateur d’Autrans l’a transmise à l’un de ses fils, Christophe, le très en vue chef des Terrasses d’Uriage, à une cinquantaine de kilomètres de là. Un restaurant deux étoiles au Michelin qu’il dirige avec son frère, Fabien, lui aussi à bonne école à la Buffe !


L’établissement d’Autrans, classé trois étoiles et labellisé Logis de France, doit sa notoriété non seulement à sa table, mais également à ses fameux packages, combinant hébergement en demi-pension et ski, nordique ou alpin. Des séjours dont le bon rapport qualité-prix  place la Buffe parmi les bons plans de l’hiver (www.la-buffe.fr). D’autant que Régis Aribert joue pleinement son rôle d’ambassadeur de la station et plus largement du Vercors en offrant la possibilité à ses clients de découvrir d’autres activités montagne en faisant appel à des professionnels patentés. Au choix, chien de traîneau, raquettes ou pour les plus téméraires, snowkite, un duo ski et surf qui fait un tabac depuis quelques années.
Sur un marché touristique très concurrentiel, Régis Aribert sait qu’il doit investir régulièrement pour fidéliser ses clients et en attirer d’autres. « Après avoir refait nos 23 chambres il y a huit ans,  cette année, nous avons décidé d’aménager un véritable espace bien-être au sein de notre établissement». Indispensable, même dans une station-village. «Autrans a su rester un village authentique, à l’écart du bétonnage, en misant sur le nordique et en développant une offre sur l’alpin positionnée sur le créneau de l’apprentissage», se félicite Régis Aribert. «Un choix qui se révèle pertinent aujourd’hui avec le retour aux valeurs simples et la crise économique qui grève les budgets des familles. Pour autant, notre clientèle est plus exigeante qu’autrefois en terme de confort et d’équipements. Après le sauna, la piscine (l’été), le wifi ou encore les écrans plats dans les chambres, il était logique que nous proposions des prestations autour du bien-être. Un espace est désormais dédié aux massages et aux soins à la carte, sur rendez-vous ». Des prestations qui viennent parfaire les bienfaits d’un séjour à la montagne, et conforte le standing de la Buffe. Car si l’hôtel cible principalement les familles en période de vacances, il accueille de plus en plus de séminaires à l’automne et au printemps. Et pour cette clientèle-là, ce type de services est un incontestablement un plus.