Le Royaume-Uni et la Belgique sont des marchés stratégiques l’hiver pour la destination Savoie Mont-Blanc. Les ressortissants du premier arrivent en tête (37%) de ses clientèles étrangères, ceux de la seconde en deuxième position (9%) devant les Suisses (7%).
Savoie Mont-Blanc Tourisme a commandité deux études inédites au cabinet LHM Conseil pour mieux connaître ces deux clientèles sur lesquelles la destination est leader.
Celle sur les touristes belges, réalisée en partenariat avec les stations des Gets, des Saisies, de Valloire et de Valmeinier, pointe des disparités sensibles entre Wallons et Flamands. Si les francophones (Wallons) sont « francofans » (75% de ceux qui partent au ski vont en France et majoritairement en Savoie Mont-Blanc), sont fidèles et séjournent à 55% plutôt en famille (dans les mêmes proportions que les Français), les néerlandophones se révèlent moins inconditionnels des stations tricolores et aussi plus zappeurs. Tout en présentant un fort potentiel. Depuis deux ans, SMBT travaille d’ailleurs cette cible en relations presse et va investir les canaux de distribution qu’elle affectionne particulièrement (agences et TO).

Pour la clientèle numéro 1 de Savoie Mont-Blanc, l’étude de LHM Conseil vise à anticiper l’après-Brexit et les différents scénarios possibles. Savoie Mont-Blanc capte 28% des plus de 2 millions de séjours ski effectués par les « Brits » dans le monde, loin devant l’Autriche (17%). Ses grandes stations, notamment celles  de Tarentaise où s’est développée la fameuse formule des « catered chalets », (hébergement avec services tout compris et personnel 100% britanniques), pourraient pâtir d’une érosion de ce système de séjours. Il a profité jusqu’ici de conditions sociales avantageuses.

Près de 70 socio-pros ont assisté à la restitution des deux études sur les clientèles belge et britannique à la Maison du lac d’Aiguebelette ©SMBT

Après le Brexit, les opérateurs vont devoir obtenir des permis de travail pour les chalets-girls et les chalet-boys hors zone Euro qu’ils emploient, mais aussi s’acquitter de charges sociales plus élevées (c’est déjà le cas avec la directive européenne sur les travailleurs détachés). Les experts estiment la hausse du prix du séjour pour les Britanniques à plus de 30%. Ces derniers sont incontestablement de grands fans de ski et des Alpes françaises, mais dans un climat économique et politique incertain, et avec la probable baisse de leur monnaie, jusqu’à quel point cet attachement « savoiephile » fera fi des contraintes ? Pour les acteurs savoyards des sports d’hiver, il est indispensable d’innover pour conserver son leadership auprès des Britanniques qui pourraient être tentés d’aller vers des destinations moins chères, comme l’Italie.

À noter que SMBT, avec Atout France, France Montagnes, la Région AURA et Isère Tourisme font campagne promotionnelle commune sur le marché britannique pour défendre les positions tricolores sur la destination neige.

photo de Une ©Christelle Lacombe/SMBT : Perrine Pelen (directrice marketing SMBT), Willy Fux, fondateur LHM Conseil, Claudie Blanc (directrice déléguée SMBT), Véronique Ballanfant (responable marché belge SMBT) Carole Duverney (directrice de l’Observatoire SMBT)