Parti à la retraite en catimini, Covid-19 oblige, Yves Exbrayat, directeur de l’office de tourisme Grenoble-Alpes Métropole (OTGAM) jusqu’en décembre dernier, reste en osmose avec les sommets. Le créateur en chef des Rencontres du cinéma de montagne et du Fodacim (fonds d’aide au cinéma de montagne), consacre les premiers jours de sa vie de jeune « retraité » au ski de randonnée, l’une de ses passions, mais aussi à la promotion de son nouveau roman, La Synchronie Fantastique (La Fontaine de Siloë). Cette histoire chorale se déroule bien sûr en montagne et met en scène des personnages et des situations que l’auteur croque avec humour et justesse. On sent le vécu !

Actumontagne : Vous entamez donc une nouvelle vie. Quels sont vos projets à court terme en dehors de la promotion actuelle de votre deuxième roman, après Un mois d’émois (JMEditions) ?
Yves Exbrayat
: J’ai prévu de m’occuper du Fodacim, le fonds d’aide au cinéma de montagne que nous avons créé en 2011. Je vais aussi m’impliquer dans le festival créé par Christophe Raylat, le Chamonix Film Festival, dont la première édition a lieu du 8 au 13 juin prochain. On me sollicite par ailleurs pour des missions de consulting, mais je me donne un peu de temps ! C’est vrai que j’ai encore du mal à réaliser que j’entre dans une nouvelle période de ma vie. Notamment parce que je suis parti de l’OTGAM dans un contexte de reconfinement, où les pots de départ sont proscrits. Donc j’ai un peu le sentiment de ne pas avoir dit au revoir comme on le fait d’habitude dans ce cas-là…

Actumomntagne : La Synchronie fantastique se déroule en montagne. Une évidence ?
C’est effectivement le milieu que je connais le mieux ! Je le fréquente depuis que je suis enfant ! Le Grand Cerviso, le sommet où mes personnages vont se retrouver à la fin du livre, n’existe pas. Il évoque évidemment le mont Viso et le Cervin, deux montagnes mythiques dans le milieu de l’alpinisme. En toile de fond, on peut imaginer le massif des Écrins…

roman yves exbrayat

Actumontagne : Vos héros Louis, Julie, Manon, Rudy, Pablo… ne sont pas de votre génération, sauf un. Incarnent-ils des gens que vous avez croisés en montagne ?
Il y a effectivement très peu de vieux dans ce roman ! Je me suis inspiré de situations plutôt que de gens. Aucun des personnages ne me rappelle quelqu’un de proche, mais ils sont dans des situations que je connais bien : le gardien de refuge, le passionné de street-art, l’encadrant du CAF… Au départ je voulais écrire une chronique de refuge, et puis j’ai jeté les trois-quarts de ce j’avais couché sur le papier. Je me suis laissé guider par la plume en fait. Et ça m’a amené à cette synchronie (simultanéité de faits ou d’événements) sans que je la prémédite !

Actumontagne : Comment s’est faite votre rencontre avec la Fontaine de Siloé, un éditeur chambérien plutôt spécialisé dans l’histoire et le patrimoine savoyard ?
En fait, j’ai envoyé mon manuscrit à plusieurs éditeurs de la place. Une amie qui avait travaillé chez la Fontaine de Siloé m’a présenté. Cette maison d’édition reçoit une trentaine de manuscrits de romans par mois. J’ai donc envoyé le mien. Olivier Perrier, le gérant, l’a lu et l’a aimé ! Une semaine après l’avoir reçu il l’a soumis au comité de lecture qui l’a retenu. C’est allé très vite !

Actumontagne : Quels retours avez-vous eu sur ce roman ?
J’ai eu pas mal de témoignages bienveillants de copains qui ont trouvé l’histoire prenante ! J’avais fait lire une version de travail à l’écrivain et académicien Jean-Christophe Rufin (féru de montagne). Il m’avait fait une fiche de lecture bien construite et m’avait beaucoup encouragé. Des avis qui m’ont aidé à faire mon chemin.

La Synchronie fantastique. Rendez-vous au sommet. Yves Exbrayat, éditions la Fontaine de Siloé, 216 pages, 19,90 euros.

- Advertisement -