Ouvert il y a un an, l’éco-gîte Le Toî du Monde, à Flumet, a tout pour répondre à notre envie de se mettre au vert ! À partir d’une ancienne ferme, ses propriétaires ont créé un lieu d’hospitalité inédit dans le Val d’Arly : une table locavore, un café-concert et depuis l’hiver dernier, cinq chambres cosy. Notre adresse coup de cœur de l’été !

Enfant, Florent Perrin adorait venir en vacances dans la ferme de sa grand-mère Olga au cœur du Val d’Arly. Datant de 1886, l’imposante bâtisse, typique de cette vallée entre Savoie et Haute-Savoie et de sa tradition agropastorale, bénéficie d’un emplacement exceptionnel.

À la disparition de son aïeule, cet ingénieur en environnement sait que la conservation de ce patrimoine familial convoité par les promoteurs, ne peut venir que du tourisme. Mais d’un tourisme durable qu’il affectionne, en harmonie avec son environnement.

La salle de restaurant et son superbe escalier ©Le Toî du Monde

En 2016, Florent et sa compagne Leititia décident de plaquer leur vie lyonnaise pour transformer la ferme et ses cinq hectares en une offre agrotouristique unique dans le Val d’Arly. Lui n’a aucune expérience en la matière, mais se sent capable de conduire cette aventure entrepreneuriale qui le reconnecte à ses racines. Elle, a fait ses premiers pas professionnels dans la restauration, avant de faire carrière à la SNCF. C’est une forme de retour aux sources, mais avec l’opportunité de créer un lieu convivial à son image, et notamment un café-concert pour valoriser les groupes de rock de la région.

Une cuisine faite à partir de produits achetés en local ©Le Toî du Monde

« Nous nous sommes inspirés de l’agroturismo et du Slowfood italiens », explique le couple, dont le projet a reçu le soutien de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et du Département de la Savoie.

Bâtiment vert

En adepte de l’écoconstruction, Florent sollicite le cluster régional Éco-bâtiment pour que l’ancien corps de ferme soit auto-suffisant en énergie thermique et neutre en carbone. « Nous avons sélectionné un système innovant, combinant solaire thermique et bois-bûches de la ferme », indique-t-il, optant pour une isolation en laine de bois issue de la filière Rhône-Alpes. Grâce au système de récupération de chaleur de l’air de cuisine, Florent et Leititia ont pu constater lors de leur premier hiver d’exploitation qu’il n’était presque pas nécessaire de chauffer la vaste salle de restaurant !

Le gîte compte cinq chambres d’une capacité de 20 places ©Le Toî du Monde

Adeptes des circuits courts

Même volonté d’auto-suffisance pour le restaurant. Manager du gîte, Florent s’est aussi fait maraîcher en aménageant un vaste potager à l’entrée de la propriété. À terme, ce dernier fournira l’essentiel des légumes servis à table. Dès le premier été, les rendements avaient été au rendez-vous avec 50% des légumes maison. Et l’hiver dernier, toutes les pommes de terre provenaient du jardin-potager. Pour les autres denrées, le chef Thomas Tricault s’approvisionne à la Coopérative du Val d’Arly voisine et auprès des fermes alentours pour mitonner une cuisine gourmande et créative.

Après le couvert et les concerts, Le Toî du Monde a ajouté à sa palette le gîte ! Cinq belles chambres aménagées avec goût d’une capacité de 20 places. Ici, point de faux vieux bois ou de fausses patines ! Le mobilier a été fait sur mesure à partir des matériaux récupérés dans la ferme et traités dans un style très contemporain.

La terrasse d’été est désormais opérationnelle ainsi que le jacuzzi extérieur. Raison supplémentaire d’expérimenter l’art de vivre éthique du Toî du Monde.

Le chef Thomas Tricault, Leititia et Florent Perrin, le trio aux rênes de l’éco-gîte Le Toî du Monde à Flumet ©Actumontagne

Service tous les soirs et également à midi le week-end. Menu d’été à 33€. Infos ici

- Advertisement -