Événement sportif et culturel, la Course de la Résistance, créée par le Musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère, entend rappeler le sens historique de la date du 8 mai, jour de la capitulation sans condition de l’Allemagne nazie en 1945. C’est l’occasion de mettre en lumière les lieux emblématiques de la Seconde Guerre mondiale en Isère, département marqué par les oppositions au nazisme. Après deux éditions au cœur de Grenoble, puis dans les Chambaran et le Trièves, la cinquième édition ce 8 mai, s’arrête sur l’un des terreaux de la Résistance iséroise : Le Grésivaudan, axe de circulations majeur entre Grenoble et Chambéry, dont les reliefs alpins furent propices au développement de maquis.


Quatre sites emblématiques sont plus particulièrement sous les projecteurs : Le Monument du maquisard au col du Lautaret en Belledonne (à ne pas confondre avec son homonyme des Hautes-Alpes), Les maquis de Theys et des Sept-Laux, Domène et Mimi Mingat-Lerme et le centre de séjour surveillé de Fort-Barraux. Quand à la ville d’Allevard-les-Bains, où la Résistance intellectuelle débute dès 1940, elle abrite le village d’animation de l’événement toute la journée. Et notamment une exposition sur la Seconde Guerre Mondiale dans le Grésivaudan.

Le Monument du maquisard, situé au col du Lautaret en Belledonne sculpté par Jacques Bertoux, ancien résistant de la Compagnie Stéphane DR

Cette cinquième édition s’inscrit dans le programme culturel de Paysage>Paysages du Département. Ainsi, à 14h30, par exemple, la Ligue Impro 38 propose un spectacle de théâtre d’improvisation autour des thématiques de la Résistance, du trail et du paysage.
Côté course, plusieurs épreuves : course à pied de 8 km, un trail de 30 km, des randonnées pédestres de 8 km et 14 km, ainsi que des parcours cyclotouristiques de 40 km à 120 km sans oublier des courses enfants.

.