L’exposition intitulée L’Abeille, le pollen et l’apiculteur à la Maison du patrimoine de Villard-de-Lans, se poursuit jusqu’au 21 septembre. L’occasion pour Actumontagne de faire un zoom sur la vie en société de ces insectes pollinisateurs, et sur leur déclin actuel. Avec le témoignage de Franck Repellin, apiculteur local dans le massif du Vercors.

Actumontagne : Quel est votre apport à l’exposition de la Maison du patrimoine consacrée à l’abeille ?
Franck Repellin : Pour la partie consacrée au métier d’apiculteur, j’ai prêté différents objets, comme des pains de cire, des ruches, des cadres… Je témoigne aussi dans le film de 25 minutes projeté sur place, aux côtés de chercheurs, d’un célèbre entomologiste, et d’un professeur de lycée agricole.

A. M. : Pourquoi est-ce important pour vous de participer à cette exposition ?
F. R. : J’ai souhaité témoigner localement de mon vécu d’apiculteur à Villard-de-Lans. Il y a deux hivers, un tiers de mes abeilles sont mortes, et je n’ai pas encore reconstitué mon cheptel. Certains de mes collègues ont perdu 80 % de leurs ruches : on ne s’en remet pas ! Et plus largement, je constate une baisse régulière du nombre d’abeilles depuis mon installation, en 2004. Je mesure donc tous les jours les conséquences négatives de l’agriculture intensive et des changements climatiques.

A. M. : Quel message souhaitez-vous faire passer à travers cette exposition ?
F. R. : L’environnement est dans une situation difficile, c’est très alarmant. Pour remédier à cela, la seule solution, c’est de changer notre façon de consommer, et d’acheter des produits bio, sans pesticide. Le poids des lobbys est trop important pour que les politiques agissent. C’est donc aux citoyens de le faire !

Franck Repellin, apiculteur dans le Vercors, témoin du déclin des abeilles, même en montagne ©Emmanuel Breteau

Propos recueillis par Jeanne Palay

Pratique

Exposition gratuite. Tous les jours de l’été, de 15 à 18 h. Et le dimanche également de 10 à 12 h. Tél. 04 76 95 17 31.