Une page vient de se tourner pour la Maison des Jeux olympiques d’hiver à Albertville. Après 27 ans passés dans l’ancien QG du COJO, ce musée unique en France a rejoint la Halle olympique. Rebaptisé Tremplin 92, il réinterprète la mémoire des XVIe Jeux olympiques d’hiver dans une scénographie très actuelle. Et se veut aussi la vitrine du territoire qu’ils ont incontestablement fait décoller !

Tremplin 92, Montagne et Olympisme succède donc à la Maison des Jeux olympiques, musée voulu aux lendemains de l’événement de 1992 par Michel Barnier alors Président du Conseil général de Savoie. Sa scénographie très ouverte et high-tech a tout pour ravir les digital natives ! L’interactivité du parcours et les expériences digitales proposées, basées sur de la réalité virtuelle et de la réalité augmentée invitent les visiteurs à différentes expériences immersives. Le summum en la matière est sans nul doute la descente de la piste de bobsleigh de La Plagne. Accrochez-vous au siège du vrai bob dans lequel vous prendrez place coiffé d’un casque de réalité virtuelle. Vous aurez les yeux de Bruno Mingeon, le pilote de bobsleigh de l’équipe de France, médaillé de bronze en bob à quatre aux JO de Nagano en 1998. Et ça vite, très vite, même si l’expérience est parfaitement statique ! Plus cool mais tout aussi bluffant, toujours grâce à la réalité virtuelle, le survol en parapente du Beaufortain assis dans une vraie sellette de parapente ou les balades sur l’arête de la Pierra Menta, la cité de Conflans ou les alpages savoyards !

La descente virtuelle de la piste de bob de La Plagne, accrochez-vous ! ©Actumontagne

Ludique et expérienciel, le parcours de découverte de Tremplin 92 conserve l’olympisme en fil rouge. « L’idée est de remettre en lumière, dans un lieu hybride entre lieu de mémoire et lieu de promotion, les Jeux olympiques de 1992 et leur héritage dans le territoire qui leur a servi de support », explique Ludovic Bertagnolo, le directeur du nouvel espace muséal.
Son contenu est clairement allégé par rapport à celui que présentait la Maison des Jeux. D’abord, parce que les lieux sont moins vastes que ceux de l’ancien siège du COJO qu’elle avait investi en totalité après le départ de l’office de tourisme d’Albertville. Ensuite, parce que ses responsables entendent toucher tous les publics. Les plus demandeurs pourront bientôt obtenir encore plus d’informations via des audioguides (en plusieurs langues) ou une application mobile.

Michel Barnier et Jean-Claude Killy for ever ! ©Ludovic Bertagnolo

L’intégration du musée au sein de la Halle olympique, complexe multi-activités dans lequel la Maison du tourisme du Pays d’Albertville l’a précédé, devrait également renforcer cette accessibilité souhaitée par les décideurs du territoire.

Des expositions temporaires à venir

Le principe des expositions temporaires, qui ont fait les beaux jours de la Maison des Jeux, est maintenu. Sous la houlette de son ancienne directrice, Claire Grangé, plus d’une quinzaine ont été montées en 27 ans. Certaines ont fait date comme Charlotte Perriand et la montagne, Étoiles olympiques, le cinéma des champions ou Arctic 21. « Un espace de 250 mètres carrés leur est réservé à l’étage de l’espace muséal », précise Ludovic Bertagnolo. Elles feront le lien avec l’espace muséal et l’événementiel local, ou valoriseront une partie de la muséographie. Et c’est Paul Dupont, l’animateur de l’espace, qui sera en charge de les monter. L’équipe ne manque pas d’idées. Mais pour l’heure, place au parcours permanent, à arpenter dès les vacances de Noël !

Entrée adulte 6€, 4€jeunes, gratuit -12 ans

- Advertisement -