La fin des vacances d’été approche et l’heure des premiers bilans a sonné. Et c’est le grand soulagement pour les professionnels du tourisme de montagne qui affichent leur satisfaction pour ce cru 2020. Selon le baromètre mensuel d’Auvergne-Rhône-Alpes Tourisme, la saison estivale est jugée bonne par 7 professionnels sur 10.

Un mois d’août de bon à exceptionnel

Ce n’était pourtant pas gagné au printemps dernier où personne ne savait à quoi s’attendre compte tenu de l’impact sanitaire, économique et social de l’épidémie de Covid-19 sur le comportement des vacanciers français. La mobilisation de tous les acteurs pour rendre la destination attractive a donc payé, parfois au-delà des espérances pour certains sites et prestataires d’activité alpins, confrontés à une surfréquentation en août !

Savoie Mont-Blanc Tourisme et Isère Attractivité, les deux agences départementales en charge du tourisme n’ayant pas les mêmes outils de conjoncture, il n’est pas possible de comparer les chiffres des Savoie et de l’Isère.

Pour autant, les trois départements nord-alpins ont cartonné en août, mois de l’année de plus en plus privilégié par les estivants. L’Observatoire SMB avec G2A l’avait bien noté en amont de la saison puisque août représentait ainsi 42% des intentions de départ estivales en Savoie Mont-Blanc contre 21% pour juillet.

©SavoieMontBlanc/Seb-Montaz-Studio

En Savoie Mont-Blanc, le taux d’occupation moyen des différents hébergements marchands s’élève à 75% en août, soit quatre points de mieux qu’en août 2019. De quoi modérer la baisse de juillet qui recule de 10 points par rapport à juillet 2019.

Conséquence, le bilan pour les vacances d’été (juillet + août) est correct avec un taux d’occupation moyen de 55%, en retrait de 4 points sur la période équivalente en 2019. Ce sont les hôtels et le secteur locatif qui s’en tirent le mieux contrairement à l’hébergement collectif (villages et centre de vacances plus à la peine (-4%) car sans doute jugé plus à risque d’un point de vue sanitaire.

Marche nordique en Haute-Tarentaise avec Marie-Odile Dion, accompagnatrice en montagne ©Actumontagne

En Isère, 72% des professionnels de l’hébergement marchand estiment la fréquentation aoûtienne bonne à très bonne. Dans les stations de montagne iséroises, ils la jugent même exceptionnelle et inattendue et sont 80% à être satisfaits contre 63% en 2019. Néanmoins de grandes disparités existent en fonction du type de structures et leurs implantations géographiques. La centrale de réservation des Gîtes de l’Isère enregistre une hausse des taux d’occupation entre 10 et 15% en juillet et en août par rapport à la moyenne des quatre dernières saisons.

Isère Attractivité a totalisé 3 millions de nuitées touristiques françaises (hébergements marchands et non marchands) sur la période de juillet à mi-août, soit une hausse de 15% par rapport à 2019.

La randonnée, une valeur sûre !

Locaux de l’étape et petits nouveaux !

Les professionnels de la montagne comptaient sur la clientèle de proximité pour sauver la saison. Les habitants d’Auvergne-Rhône-Alpes ont répondu présent. Ils constituent 46% de la fréquentation touristique en juillet et 31% au mois d’août contre 25% en moyenne les autres années selon AURA Tourisme. Les micro-aventures outdoor proposées par les professionnels et taillées sur mesure pour la clientèle à la journée ont incontestablement séduit les locaux.

À la faveur du repli sur la France, encouragé par les pouvoirs publics, les destinations alpines ont également accueilli tout un public qui découvrait ou redécouvrait la montagne estivale tricolore. Aux opérateurs touristiques de déployer des initiatives pour les fidéliser pour l’été prochain post-Covid autour des valeurs en vogue du grand air, des grands espaces naturels et de la diversité des activités.

Gros succès pour les randos en VTTAE qui démocratise le deux-roues sur les sentiers de montagne ! ©Actumontagne

Pour septembre qui s’annonçait en hausse dans les intentions de départ en juin, beaucoup d’incertitude, entretenue par le regain de l’épidémie dans plusieurs territoires limitrophes des Alpes du Nord.

Le Tour de France cycliste, qui démarre ce samedi, traditionnel locomotive du tourisme dans les Alpes, aura-t-il un effet sur la fréquentation à son passage du 14 au 17 septembre ? Entre le protocole sanitaire limitant les contacts entre les coureurs et le public, et la rentrée, on peut légitimement douter de l’importance des retombées économiques et médiatiques sur les territoires.

- Advertisement -