En même temps qu’elle donnait son chiffre d’affaires pour le premier semestre 2020-21, la Compagnie des Alpes a présenté ses priorités stratégiques pour les prochains exercices. Sans surprise, avec la saison « quasi-blanche » due à la non-ouverture des remontées mécaniques (à l’exception de quelques jours à Tignes et aux 2 Alpes lors de la première semaine de vacances de la Toussaint), le CA global du groupe pour ce premier semestre s’établit seulement à 31,5 millions d’euros, contre 470,5 millions d’euros un an auparavant, soit une baisse de 93,3 % (-93 % à périmètre comparable, les 2 Alpes ayant rejoint la Sata depuis le 1er décembre 2020). C’est évidemment la branche domaines skiables qui est la plus impactée (2,5 millions d’euros contre 350,2 en 2019-10, soit -99,3 %), l’activité parcs de loisirs s’en sortant à peine mieux (27,6 millions d’euros contre 103,2, soit une baisse de 73,3 %).


Le Train du Montenvers, à Chamonix, qui a rouvert le 29 mai, fait partie des sites qui devraient doper la fréquentation estivale (et le chiffre d’affaires) de la Compagnie des Alpes.©OT Vallée de Chamonix /Morgane Raylat

Pour autant, Dominique Thillaud, nouveau directeur général de la Compagnie des Alpes depuis le 1er juin (il a succédé à Dominique Marcel, qui reste président du Conseil d’Administration), se montre confiant en l’avenir : « Après des années d’investissements soutenus et de déploiement d’une politique centrée sur la Très Grande Satisfaction de ses clients, le potentiel de croissance de l’activité de la Compagnie des Alpes a été préservé. La qualité, la notoriété et l’attractivité de nos sites conjuguées à l’appétence du public pour les loisirs, nous rendent confiants dans notre capacité à profiter de la reprise de l’activité, puis à renouer avec une trajectoire de croissance à la fois rentable et pérenne. »

© Actumontagne

Le Groupe entend retrouver une flexibilité financière compatible avec ses ambitions de croissance (grâce notamment à un projet d’augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription d’un montant d’environ 230 millions d’euros), mais aussi investir un montant de l’ordre de 200 M€ par an en moyenne sur les exercices 2021/2022 à 2024/2025, incluant le rattrapage d’investissements décalés en raison de la crise, pour l’entretien des équipements existants, de nouveaux équipements et attractions soutenant l’amélioration de l’offre. En termes financiers, un rebond est attendu en 2021/2022 si l’amélioration de la situation sanitaire se confirme. La CDA espère aussi un retour au niveau d’activité et d’EBO (excédent brut opérationnel) d’avant crise à partir de l’exercice 2022/2023, puis la reprise d’une trajectoire de croissance du chiffre d’affaires et de la marge d’EBO.


L’Aiguille du Midi a été le premier site de la Compagnie des Alpes à rouvrir, le 19 mai dernier. ©OT-Chamonix/Salomé Abrial

A court terme, la Compagnie des Alpes est prête à tirer parti de la reprise de ses activités, ayant déjà démontré l’été dernier sa capacité à exploiter l’ensemble de ses sites, dans le respect des protocoles sanitaires élaborés avec les organismes professionnels, tout en continuant à offrir une expérience de qualité à ses visiteurs. A moyen terme, le Groupe vise à continuer d’enrichir son offre de ski et d’optimiser l’expérience de ses clients. Cette ambition repose sur sa capacité à poursuivre les investissements dans ses infrastructures de remontées mécaniques pour fluidifier les flux de skieurs, aménager les domaines skiables et améliorer la couverture neigeuse. Elle repose également sur le développement d’outils digitaux permettant de renforcer la distribution et d’améliorer le parcours client. Le Groupe vise aussi à adapter le produit hiver au changement climatique et à développer les activités été (A ce propos, un projet pilote a été engagé sur le site du Grand Massif -Flaine, Morillon, Samoëns et Sixt – visant à diversifier l’offre en station et à accélérer le développement de nouvelles activités hors ski, principalement l’été. Les investissements envisagés permettraient de générer une activité pouvant représenter de 25 à 50% de chiffre d’affaires additionnel à un horizon de 10 ans, indépendamment des conditions d’enneigement). Enfin, il compte renforcer sa stratégie immobilière, via la participation à la création de lits chauds et la dynamisation de la commercialisation desdits lits, afin, notamment, d’augmenter le taux de remplissage des stations.

Photo de une : La Plagne fait partie des 10 domaines skiables exploités par la Compagnie des Alpes © Elina Sirparanta

- Advertisement -