Lancé en 2017 pour une période de dix ans et un montant global de 43 millions d’euros, le plan de rénovation des refuges de la FFCAM (Fédération française des Clubs Alpins de Montagne) prévoit la réhabilitation et/ou la transformation de 22 refuges et 4 chalets de bords de route en France, représentant 1520 couchages. L’objet de ce plan – autofinancé à 40 % par la FFCAM, les 60 % restant provenant de subventions des collectivités territoriales : communes, départements, régions, Etat, Union Européenne –  est de réhabiliter et préserver un patrimoine historique, tout en continuant à être un levier de développement des pratiques en montagne. La dimension environnementale est au centre de ce plan (couverture des besoins énergétiques à 100 % renouvelable, par le biais de l’énergie solaire et/ou hydraulique quand les conditions le permettent, à l’exception du gaz en cuisine), tout comme l’amélioration globale du confort, à la fois pour les gardiens et les usagers.

En dépit de la crise sanitaire, la FFCAM a décidé de poursuivre les investissements engagés et de lancer les nouvelles opérations prévues. Pour cette année 2020, le montant des travaux s’élève à 3 millions d’euros, avec, en plus de la poursuite des travaux précédemment entamés, le lancement de trois opérations majeures de rénovation, qui concernent les refuges de Campana de Cloutou (Hautes-Pyrénées), du Couvercle (Haute-Savoie) et de la Pointe-Percée (Haute-Savoie).

Le projet du refuge de la Pointe Percée © Collection FFCAM

Ce dernier refuge (2164 m d’altitude), situé à proximité d’Annecy et accessible en deux heures de marche, est propice à une exploitation 4 saisons, de par la multiplicité des pratiques alentours (escalade, trail, ski de randonnée, raquettes). Bâti en 1899, détruit par le vent en 1914, reconstruit en 1928 et agrandi en 1972, il a vu de multiples constructions s’agréger au bâtiment principal (toilettes sèches, rangement,etc).  Gardé uniquement l’été, il ne possède plus aujourd’hui une qualité d’accueil en phase avec l’attractivité du territoire, ni des conditions de travail adaptées pour les gardiens. Ces travaux prévus sur 3 ans, avec un maintien de l’accueil en continu, ont débuté au mois de mai. La première phase, jusqu’en novembre 2020, prévoit la mise hors d’eau et hors d’air d’un nouveau bâtiment. A l’été 2021, place aux travaux intérieurs du nouveau bâtiment pour qu’il soit opérationnel à la fin de l’été. Enfin, l’été 2022 sera consacré à la réhabilitation de la partie historique du refuge qui est conservée et à la démolition de l’ancienne partie. Le coût de ce chantier est de 2,65 millions d’euros (dont 900 000 euros pour 2020), avec un auto-financement FFCAM de 1,25 millions d’euros et 1,4 millions d’euros de subventions (État-FNADT 300 000 €, Région Auvergne Rhône Alpes : 400 000 €, département de la Haute-Savoie : 400 000 €, communauté de communes des Vallées de Thônes : 175 000 €, commune du Grand Bornand : 125 000 €).

Photo de une : Le projet du nouveau refuge de Campana Cloutou (Hautes Pyrénées) © Collection FFCAM

- Advertisement -