Après quatre ans d’expérimentation et d’ajustements menés par le Parc national de la Vanoise et l’ENSAL (l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon), le Tatou, abri de berger nouvelle génération, a démontré tout son intérêt face au manque de logements dans les alpages pour les gardiens de troupeaux. Or, pouvoir vivre au plus près des bêtes, face au risque de prédation du loup, lève l’un des freins à leur gardiennage en altitude et zone isolée.

Un appel à manifestation d’intérêt avait été lancé en 2019 pour bénéficier de la deuxième version améliorée de cet abri héliportable, modulaire et à la faible emprise foncière. Les communes de Villaroger et de Val Cenis se sont portées candidates en Savoie, ainsi que le Conseil Départemental de l’Isère. 3 Tatou ont donc été installés au début de cet été à Val Cenis (alpage de Fond de Burrel à Lanslevillard), à Villaroger (Planay) et à Chichilianne (RNN des Hauts Plateaux du Vercors).

Chantier du montage du prototype « Tatou » ©PNV/Guy-Noël Grosset

Une journée retour d’expériences a été organisée en ce mois de septembre à Villaroger au Planay pour présenter cette cabane originale, et de l’avis de ses premiers utilisateurs, confortable et fonctionnelle. A cette occasion, ses créateurs ont annoncé que ses plans de conception sont désormais mis gratuitement à disposition des élevages soumis aux possibles attaques du loup.

L’opération Tatou, estimée à 430 000€, a mobilisé de nombreux contributeurs financiers, dont le Ministère de la Transition écologique, la Dreal AURA dans le cadre du plan national loup et activités d’élevage, France Relance, la Caisse des Dépôts et Consignations, les Communes de Villaroger et de Val Cenis ainsi que le Conseil département de l’Isère.

©PNV/Christophe Gotti
- Advertisement -