Le 18 mai prochain, deux jeunes « casseurs d’os » nés en captivité dans des centres d’élevage en Espagne et en Autriche seront réintroduit en milieu naturel dans le Diois. Cette opération s’inscrit dans le programme européen de réintroduction du gypaète barbu Life Gyp’connect, visant à réinstaller cette espèce qui se nourrit d’os de carcasses, dans le département de la Drôme et dans le Massif central. Objectif, rétablir les échanges entre les populations des Pyrénées et des Alpes.

L’un des deux oisillons qui va être lâché le 18 mai à l’âge de deux jours au centre d’élevage de Guadalentin en Espagne. Il pesait alors 158,3 g. Son nom temporaire est BG1026 ©Raphaël Bruyère/PNRV

Cette espèce est dite « philopatrique », c’est-à-dire que les oiseaux sont très fidèles à leur lieu de naissance ou de lâcher. Ainsi, une fois installés dans leur cavité, les deux oisillons âgés de trois mois vont être nourris pendant un mois avant que leur instinct ne les pousse à s’envoler. Pendant ces quatre à cinq semaines dans leur cavité aménagée, ils vont s’imprégner de leur environnement. Il y a de fortes chances qu’une fois adultes, ils reviennent nicher dans ces falaises du Vercors.

Cette journée festive, organisée sous la houlette du Parc naturel régional du Vercors, la mairie de Châtillon-en-Dois, les Graines d’Éleveurs et les élèves de l’école de Menglon-Châtillon-en-Diois, marque le 6e lâcher du plus grand vautour d’Europe dans le Diois. Le public pourra assister à la présentation des deux juvéniles ainsi qu’à leur libération, en direct, dans la cavité aménagée de Tussac, grâce à l’aide d’une webcam.

Oisillon de trois mois : un beau bébé déjà ! ©Raphaële Bruyère/PNRV

L’association Graine d’Éleveurs du Vercors, dont les membres sont de jeunes adolescents passionnés par l’agriculture, se mobilise pour obtenir des fonds afin d’organiser un jour son propre lâcher de gypaètes. Ils ont ainsi créé un Gyp’Art en faisant appel à la générosité des artistes (peintres, sculpteurs, dessinateurs…) dont ils vendront les œuvres le 18 mai pour faire grossir leur cagnotte. Avec les élèves de l’école de Menglon-Châtillon-en-Dois, ils proposeront de nombreuses animations tout au long de la journée. Rendez-vous à partir de 10h dans la commune du Diois.

Le père de BG1026, Elias, reproducteur qui vit en captivité ©PNRV